Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Les tableaux mouvants d’Hicham Berrada

Agathe Lautréamont 25 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Peut-on être artiste et laborantin à la fois ? Il suffit de poser la question à Hicham Berrada. Fasciné par la beauté pouvant naître de diverses réactions chimiques, le jeune créateur bâtit de nouveaux mondes admirables, entre science et peinture, bocaux et toiles. Portrait d’un artiste atypique et aux outils surprenants…

hicham 1 palais de tokyo

Hicham Berrada, Présages © Palais de Tokyo

L’artiste-laborantin

Dans des espaces clos, en verre transparent, on croirait voir des algues se développer, dont les ondulations délicates suivent naturellement le rythme de l’onde dans laquelle elles baignent. Après un coup d’œil plus attentif, on se rend compte que l’on se trouve face à des éléments chimiques qui interagissent entre eux, dans une explosion de filaments colorés. Bienvenue dans l’univers métaphorique d’Hicham Berrada, artiste fasciné par la chimie et les phénomènes naturels et qui produit des œuvres complexes qui, pourtant, ravissent l’œil.

Qu’il soit exposé au Palais de Tokyo ou à la galerie Kamel Mennour, qu’il soit en résidence à la Villa Médicis, qu’il réalise des performances à la Nuit Blanche de Paris, toujours Hicham Berrada subjugue avec ses manipulations chamarrées. Né à Casablanca en 1986, le jeune artiste a toujours éprouvé une grande fascination pour les sciences et leurs pouvoirs surprenants. Dans un réceptacle translucide, Berrada active grâce à différentes solutions une réaction chimique qui va amener à la création d’un « paysage » en quelques minutes. La réaction, filmée à l’aide d’une caméra, est retransmise en direct sur un grand écran.

hicham 2 palais de tokyo

Hicham Berrada, Présages © Palais de Tokyo

Le créateur de mondes

Grâce à la chaleur et les différentes molécules présentes dans le bécher, des arcs colorés prennent vie, d’étranges stalagmites s’érigent lentement, les couleurs virent du bleu au vert ; une véritable serre miniature s’éveille, s’anime, s’épanouit dans un opéra mi-botanique mi-scientifique.

Chaud et froid, viscosité et acidité, solide et liquide. Hicham Berrada voit dans la peinture la représentation sur un même support de différentes temporalités : montagne, personnage, arbre, cours d’eau… Et dans ses petits bocaux, l’artiste tente de reproduire sensiblement la même chose  via des réactions chimiques qui livreront une mise en scène naturelle ou peut-être alchimique. Grâce à cinq ou six interactions différentes, ces temporalités synthétiques vont évoluer dans le même cadre (le bocal) et fluctuer en fonction des autres réactions et de l’espace réduit qui leur est alloué.

Les matières vont lentement se transformer, des compositions propitiatoires à la rêverie éclosent sous nos yeux ébahis, jusqu’à l’agencement captivant d’un monde à part entière, mais miniature. Via ces filaments de couleurs, le spectateur peut imaginer une rivière, un buisson, un volcan déversant sa lave ardente : le mystère de la création, son processus, nous est révélé dans un ballet de formes oniriques.

hicham mepic

Installation d’Hicham Berrada © Mepic

Le rêveur

Alors oui, il semblerait bien que l’on puisse se montrer petit laborantin et artiste à la fois, à partir du moment où l’œil est capable de déceler la beauté et de s’en émouvoir. Berrada aime aussi à jouer aux démiurges, puisque c’est lui qui choisit consciencieusement les « ingrédients » qui vont composer ses paysages de paillasses de laboratoires. Grâce à un chaos pensé en amont, le microcosme vivace s’étire de toutes ses forces.

D’une création à l’autre, on a le sentiment de se trouver aux confins de notre système solaire, ou près des fumeurs noirs des sombres abysses où pourtant, la vie germe, s’étend, partout. Là aussi grâce à la magie de la chimie. Alors bien sûr, ses tableaux nés de sa connaissance des sciences (mais aussi avec un soupçon d’intuition) sont abstraits, renvoient à de la poésie pure qui n’indique rien, hormis de laisser son imaginaire se mettre en branle. Mais c’est précisément cette liberté d’interprétation qui intéresse Hicham Berrada.

hicham vivre paris

Hicham Berrada, Présages © Vivre Paris

L’ambivalence entre la vue d’esprit et le réel, la perception d’une image confuse qui s’éclaire à la lumière de nos fantaisies respectives. Chaque spectateur aura donc sa propre compréhension du bocal bigarré et les créations ressembleront à ce que bon semblera à chaque individu. C’est pourquoi le monde a toujours éprouvé une fascination à l’égard des alchimistes. Ces derniers aspiraient à modifier l’univers, transmuter la matière pour en produire autre chose. Certains poètes voyaient le monde dans un grain de sable. L’artiste Berrada le perçoit dans une réaction chimique.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE