Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

EuropaCity : un projet architectural d’envergure pour le Grand Paris

Agathe Lautréamont 23 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Pharaonique. C’est probablement le terme qui  vient le plus naturellement à l’esprit lorsqu’on évoque EuropaCity. Projet de base de culture et de loisir devant ouvrir à l’horizon 2024, cet espace qui verra le jour dans le cadre du Grand Paris impressionne par son ambition, ses différentes offres et la ribambelle de chiffres qui va avec. Focus…

euro

© Agence Bjarke Ingels Group

Pas de pétrole, mais des idées

Dès 2024, un tout nouveau quartier de culture et de loisir devrait voir le jour en même temps que le projet du Grand Paris et la mise en service de la ligne 17 du métro parisien. Son nom ? EuropaCity, un vaste centre couplant loisirs, culture, commerces, hôtels et restaurants cherchant à attirer dans ses rets tous les publics, qu’ils soient franciliens ou touristes de passage dans l’Hexagone.

Porté par le groupe Auchan et doté d’un montant d’investissement de 3.1 milliards d’euros, le parc ambitionne de donner un coup de fouet au développement de la zone du Grand Roissy et de dynamiser dans le même temps le département de la Seine-Saint-Denis. Avec ses 50 000 m2 dédiés exclusivement à la culture, le projet a de quoi donner le tournis ! Les premiers travaux débuteront en 2017.

Pour mener à bien ce chantier titanesque de 700 000m² étiré sur le Triangle de Gonesse, c’est l’agence d’architecture danoise Bjarke Ingels Group (plus connue sous l’acronyme BIG) qui a été recrutée ; une agence jeune, dynamique et surtout très médiatisée qui est à l’origine de plusieurs réalisations d’envergure.

city 2

© Agence Bjarke Ingels Group

De la culture, du végétal et de l’ambition

C’est en effet aux danois que l’on doit le nouveau complexe de buildings du World Trade Center ou le très clinquant Google North Bayshore (les nouveaux locaux du célèbre moteur de recherche). Grâce à un  projet concevant un quartier de ville vivant, accessible mais qui laisse cependant de la place à la nature et aux espaces ouverts de qualité, c’est donc ce studio qui a vu ses plans finalement retenus, après une consultation internationale lancée en 2011.

Bjarke Ingels Group, qui ne fait jamais les choses à moitié lorsqu’on lui confie une construction, prévoit certes quelque chose d’absolument titanesque (équipements culturels, espaces de loisirs…) mais qui saura tout dans le même temps demeurer à dimensions humaines. Reposant sur une alliance étroite entre ville dense et paysage ouvert, le projet alliera tissu urbain et trame agricole caractéristique du Triangle de Gonesse.

Les toits de chaque structure seront végétalisés, et varieront selon leurs besoins et les espaces qu’ils accueilleront. Ainsi vu de loin, avec son vaste parc central, l’ensemble de la base de loisir ressemblera à un paysage de vallées et de crêtes. Peu de béton, encore moins de ruelles étriquées, mais de larges rues à ciel ouvert ou alors des allées inspirées des passages couverts parisiens.

city

© Agence Bjarke Ingels Group

Des détracteurs

Si EuropaCity a de quoi laisser rêveur, l’ouverture n’est cependant pas pour tout de suite. Il faudra en effet attendre que le métro automatique du Grand Paris soit mis en service. Puis, les travaux devront être lancés en 2017 pour une livraison des premiers programmes autour de 2021-2022, avant une mise en service des plus gros équipements pour 2025.

Malheureusement, le vaste parc de culture et de loisirs ne fait pas que des heureux. Début 2015, l’agence BIG et EuropaCity se sont vus remettre un « Parpaing d’or », sorte de Gérard de la Télévision remis par les professionnels du milieu de l’architecture. Le but est de faire preuve d’autodérision, mais aussi par la même occasion d’égratigner quelques confrères qui prendraient un peu trop d’importance et, surtout, qui rafleraient un peu trop de grands chantiers (le grand habitué du palmarès étant, on vous le donne dans le mile, Jean Nouvel).

euro 2

© Agence Bjarke Ingels Group

Des obstacles ?

C’est ainsi que l’agence danoise s’est vue montrée du doigt pour sa politique de course à la commande et de visibilité médiatique. Quant au projet EuropaCity, il a donc été (lourdement) couronné du Parpaing d’or « du projet qui à vue de nez est absurde, nuisible et sans lendemain, mais dont il faut quand même se méfier, non parce qu’il paraît qu’il y a quand même du pognon à se faire ».

Mais que reproche-t-on à ce projet, au sujet duquel le débat public s’ouvrira le 15 mars prochain ? En premier lieu, le fait que la zone constructible soit à l’origine une terre agricole, même si entourée d’autoroutes et de pistes d’aéroports (Charles de Gaulle et le Bourget). Certains ZADistes qui se sont illustrés  à Notre-Dame-des-Landes seraient déjà montés aux créneaux à ce sujet. Afin d’éteindre l’incendie, une ferme urbaine et d’ores et déjà prévue dans le complexe.

L’autre critique est que les emplois créés dans les espaces culturels d’EuropaCity ne reviendront peut-être pas aux populations vivant autour du futur parc, mais à d’autres travailleurs issus, par exemple, de la capitale. Gageons que ce ne seront pas les seuls obstacles et critiques que devra essuyer le futur espace culturel, d’ici à 2025…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE