Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 VIVRE !

18/10/2016 > 08/01/2017

Musée de l'histoire de l'immigration - PARIS

LA NEWSLETTER

La Hongrie veut se doter du plus grand pôle muséal au monde

Agathe Lautréamont 19 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En Hongrie, Budapest est la ville des contrastes architecturaux. La capitale du pays offre ainsi aux visiteurs un mélange de patrimoine des siècles passés, de vestiges d’urbanisme soviétique et d’immeubles de bureaux dynamiques voués à la finance. Mais d’ici 2018, le visage de Budapest pourrait bien drastiquement changer, avec la création d’un espace muséal hors du commun…

sou fujimoto

© Sou Fujimoto

La Hongrie serait-elle en train de lorgner du côté de grandes places dédiées à la culture comme la Museumplein d’Amsterdam ou le Museumsquartier de Vienne ? Toujours est-il que quand le gouvernement du controversé Viktor Orbán décide d’un projet architectural d’envergure, le moins que l’on puisse dire est qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Espace de tous les superlatifs, un parc muséal intitulé « Liget Budapest » devrait bientôt s’élever en plein cœur de la ville, et déclare fièrement son intention de devenir le plus grand projet d’espace culturel d’Europe.

sanaaa

© Studio Sanaa

Un site internet promouvant l’idée est d’ores et déjà mis en place et les différents projets en compétition peuvent être détaillés grâce à des visuels soignés. C’est ainsi que devraient sortir de terre des institutions comme un Musée d’ethnographie, une Maison de la musique hongroise, un zoo et une nouvelle Galerie nationale nommée « Ludwig Museum », qui résulterait de la fusion entre le musée des Beaux-Arts et de la galerie nationale Hongroise.

Le théâtre « City Park », dont les origines remontent au milieu du XIXe siècle, se verra complètement métamorphosé. Il sera en effet intégralement reconstruit selon ses plans originaux et viendra donc ajouter un cachet supplémentaire au complexe muséal implanté en plein cœur du Városliget, grand parc boisé et véritable poumon vert de Budapest. Font également partie du cahier des charges la rénovation du Musée du transport hongrois et la reconstruction de la maison Olof Palme ainsi que du château Vajdahunyad (datant de la fin du XIXe siècle).

sou 2

© Sou Fujimoto

Et pour mener ce vaste projet à bien, la Hongrie a lancé son premier concours architectural international en cent ans, et un jury de personnalités influentes hongroises a eu la lourde tâche de dégager une première sélection parmi tous les projets proposés. Une attention toute particulière a été accordée à la qualité architecturale du projet, bien sûr, mais aussi à son originalité, à son ancrage dans les tendances contemporaines et enfin à la capacité des différents bâtiments à enrichir le patrimoine de Budapest et renforcer son rayonnement culturel.

Parmi les grands noms de la création retenus dans un premier temps, on trouve des studios et personnalités influentes comme les japonais Sou Fugimoto et Sanaa, l’agence française Dominique Perrault Architecture, le studio norvégien Snøhetta ou encore les suisses Herzog & de Meuron. Cependant, tous ces cabinets sont encore en compétition, puisque nous sommes là face à une première sélection. Les résultats définitifs seront annoncés le 17 mai, pour un achèvement des travaux prévu pour 2018.

studio snohetta

© Studio Snøhetta

 Les habitants de Budapest eux-mêmes ont été invités à donner leur avis sur ce projet d’envergure (c’est presque un euphémisme), via le lancement d’une consultation citoyenne. Des associations et organisations civiles ont ainsi pu exprimer leur regard et adresser au gouvernement leurs besoins et leurs exigences. Il ne reste plus qu’à espérer que le budget annoncé pour la création du pôle muséal, 48 millions d’euros levés en 2015 et 96 millions d’euros supplémentaires récoltés sur l’année 2016, sera suffisant pour que ce rêve muséal un peu fou devienne réalité.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE