Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

La Pinacothèque fermera ses portes lundi

Agathe Lautréamont 12 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On craignait cette issue et elle s’est donc confirmée… Victime d’une très forte baisse de sa fréquentation, la Pinacothèque de Paris, institution culturelle du quartier de la Madeleine, a annoncé ce vendredi la fermeture de ses portes.

pin

© DR

Le 3 novembre dernier, on découvrait que le musée privé parisien avait été placé en redressement judiciaire. La faute à une fréquentation qui avait décliné sur plusieurs années (20 à 25% de visiteurs en moins) et un ultime coup dur porté par les attentats du 13 novembre. Les attaques terroristes avaient achevé le travail de sape et le musée avait annoncé devoir prendre des mesures drastiques pour espérer sauver l’institution.

Malheureusement, le placement en redressement judiciaire n’aura pas suffi.  Dans un communiqué officiel repris par l’AFP, le directeur du musée Marc Restellini explique que le musée a « subi comme tous les musées de Paris une chute impressionnante de visiteurs qui ne permet plus de conserver des sites aussi coûteux », évoquant également dans son texte un « climat économique mortifère lié en grande partie aux attentats du 13 novembre ».

Les deux locaux de la Pinacothèque, séparés de quelques pas l’un de l’autre, représentent en effet un coût de location absolument exorbitant. Des frais que les tarifs appliqués par la Pinacothèque ne sont pas parvenus à équilibrer. L’exposition « Karl Lagerfeld : a visual journey » devant s’étendre jusqu’au 20 mars prochain, fermera donc ses portes prématurément en même temps que l’institution qui l’accueille, lundi prochain.

pina

© DR

Lors de l’annonce du placement en redressement judiciaire du musée privé, une autre explication avait été avancée quant à cette situation financière alarmante : le choix des expositions temporaires. Beaucoup s’étaient fait l’écho de thématiques certes accrocheuses mais parfois à la limite du mensonger, de promesses non tenues une fois que l’on rentre dans l’accrochage et aussi du prix élevé du billet d’entrée à la Pinacothèque.

Cependant, Marc Restellini se montre des plus confiants dans son communiqué. Celui-ci évoque en effet un projet de redéploiement à moyen terme, encore faut-il trouver des locaux qui pourront être loués à moindre frais. L’orientation sera cependant différente de la Pinacothèque que nous connaissons actuellement : les deux futures antennes qui naîtront sur les cendres de celles de la Madeleine seront dédiées à la sculpture et l’autre à l’art contemporain. En attendant ces nouveaux musées, les collections permanentes sont en partie temporairement transférées à la Pinacothèque Singapour.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE