Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Au Texas, un oeuvre de Salvador Dalí retrouve son titre d’origine

Agathe Lautréamont 8 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une œuvre du peintre espagnol Salvador Dalí actuellement conservée au musée de Dallas, au Texas, vient d’être rebaptisée. En effet, des chercheurs ont prouvé que son titre original, L’homme poisson, avait été changé en La femme poisson quelques années après sa réalisation, modifiant ainsi le regard que l’on portait sur la toile.

Salvador Dalí, L’homme poisson, 1929 © Meadows Museum

Jusqu’à récemment, la petite huile sur toile (26.67 x 19.05) était connue sous le titre : La femme Poisson. Achetée en 2014 lors d’une vente privée organisée par Sotheby’s, l’œuvre du maître du surréalisme a ensuite été minutieusement passée sous le microscope par son acquéreur, le Meadows Museum de Dallas, afin d’en apprendre davantage sur cette œuvre peu connue du peintre du XXe siècle. Peu connue du public européen, en tout cas. Car aux États-Unis, l’œuvre est célèbre pour avoir fait partie des 10 créations sélectionnées par Dalí lors de sa première exposition surréaliste organisée sur le sol étasunien, en 1931. Parmi la sélection d’œuvres, figurait également la fameuse Persistance de la mémoire, et ses non moins célèbres montres fondues.

Or, après quelques recherches au sujet de l’œuvre, il s’avère que la peinture contient de nombreuses références à la compagne de l’artiste, Gala, qui était également sa muse; en plus d’une inscription dédiant la toile à « ma petite olive » (un sobriquet que Dalí donnait à son épouse, en référence à son teint). Ajoutons à cela que la peinture a été exécutée en 1930, peu de temps après la rencontre entre Gala et Dalí, et vous obtenez tous les ingrédients pour que les experts se posent de sérieuses questions sur le titre de la peinture, et émettent l’hypothèse que l’œuvre serait en fait un autoportrait qu’il aurait dédié à sa compagne.

Le directeur du Meadows Museum de Dallas, Mark Roglan, a alors eu l’intuition que le nom du tableau avait été changé peu de temps après sa première exposition aux USA. Mais encore fallait-il prouver la chose. Pour ce faire, Roglan s’est remémoré une conférence donnée par le directeur du musée Salvador Dalí de Floride au sujet de cette exposition de 1931, et qui évoqua la peinture sous le titre de L’homme Poisson. Suivant cette première piste, le tableau a été analysé à l’aide de rayons X et autres lumières infrarouges, pour déceler d’éventuels autres indices. L’exploration a révélé le dessin préparatoire, caché sous la peinture, et ces esquisses montrent bien une figure masculine, en plus de deux personnages et un arbre finalement effacés de la composition finale. Ainsi, en plus de rendre son vrai titre à une œuvre du fantasque espagnol, cette analyse a permis au musée d’en apprendre davantage sur le style de Dalí et son processus créatif. Ainsi, le peintre avait-il prévu un trio de personnage qui devaient se répondre dans leur positionnement, tandis qu’un arbre reprenait un motif récurrent dans sa peinture, comme  dans la Persistance de la mémoire. Or, au bout du compte, l’artiste choisit d’épurer sa composition, plaçant son autoportrait au centre de la toile, attirant ainsi l’attention sur cette étrange figure.

Un changement qui tombe donc à pic pour la prochaine grande exposition du Meadows Museum de Dallas, qui sera entièrement dédiée aux œuvres de jeunesse de l’artiste. L’événement doit ouvrir ses portes le 19 juin prochain, et il y a fort à parier que cette œuvre renommée constituera la clé de voûte de l’accrochage.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE