Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Égypte : un navire vieux de 4500 ans découvert dans une nécropole

Agathe Lautréamont 2 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Mais que fait-il donc là ? Une équipe d’archéologues tchèques vient d’annoncer une surprenante découverte : un navire vieux de 4500 ans a été mis au jour près de la pyramide d’Abousir, à vingt-cinq kilomètres du Caire. Une découverte qui laisse les chercheurs pantois…

navire

Le site de découverte du navire © Stringer – AFP

Le scientifique Miroslav Barta, qui dirige l’équipe d’archéologues tchèques à l’origine de cette découverte pour le moins surprenante (un bateau au milieu du désert, tout de même…), n’en revient toujours pas. Cependant, comme il l’a récemment déclaré au micro de l’AFP, lui et son équipe ont déjà quelques pistes d’explications quant à cette excavation inattendue.

Ce trésor inestimable, long de dix-huit mètres, repose dans la nécropole jouxtant les pyramides royales d’Abousir, au sud du Caire. Enterrée sur un lit de pierre non loin d’un mastaba (type de sépulture accueillant des notables et riches personnalités égyptiennes), l’embarcation devait en toute logique appartenir à la personne reposant dans la tombe, dont le rang était très probablement élevé, compte-tenu des dimensions imposantes du bateau.

Quant à ce dernier, si on en croit les pièces de poterie retrouvées à l’intérieur, il fut utilisé pour une procession funéraire fluviale; le corps de son propriétaire reposant dans le navire avant d’atteindre sa dernière demeure.

Site d'Abousir © Wikimedia Commons

Le site d’Abousir © Wikimedia Commons

Le bateau funéraire, dont le bois est remarquablement préservé, montre encore quelques traces d’ornementations, ce qui tendrait à confirmer l’hypothèse des archéologues comme quoi son propriétaire devait être extrêmement riche. Mais pour le moment, son nom échappe toujours aux chercheurs.

Les cordages de l’embarcation et les matières végétales qui servaient de joints aux planches de bois sont également en excellent état de conservation, en partie grâce au sol égyptien très aride qui ralentit le processus de décomposition. Cependant, Miroslav Barta est formel : le propriétaire du navire n’est pas lié à la famille royale qui a érigé la pyramide d’Abousir (le souverain Chepseskarê, dont le règne fut très bref). L’archéologue pencherait plutôt pour un proche de la famille du pharaon Houni (grâce à l’étude d’un cartouche retrouvé sur la coque du bateau), étant donné que des embarcations de dimensions aussi impressionnantes ne pouvaient appartenir qu’à des membres de la famille du souverain ou à ses plus fidèles conseillers.

Mais la découverte n’en demeure pas moins unique, et celle-ci devrait permettre aux scientifiques d’en apprendre davantage sur les techniques de construction de bateaux dans l’Égypte antique, ainsi qu’analyser leur place dans les rites funéraires.

La tombe de Khentkaous III © AFP

La tombe de la reine Khentkaous III, découverte en janvier dernier © AFP

En tout cas, l’équipe de chercheurs tchèque ne cachent  pas son enthousiasme face à la mise au jour de cette remarquable pièce datant de 2550 avant Jésus-Christ. Ils espèrent d’ailleurs peut-être retrouver d’autres bateaux de ce type dans la nécropole d’Abousir.

Cela fait depuis 2009 maintenant que le groupe d’archéologues mandatés par l’Institut Tchèque d’Égyptologie entreprend des fouilles sur le site antique, et ce bateau vient s’ajouter à une précédente découverte, déjà remarquable. Plus tôt dans le mois de janvier, ce sont eux déjà qui ont révélé l’existence du tombeau de la reine Khentkaous III, qui a vécu en Haute-Égypte il y a quelque 4 500 ans. Une découverte surprenante de plus pour l’Égypte donc, qui prouve que son patrimoine a encore de nombreux secrets à nous révéler…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE