Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

La France et l’Iran signent un important accord d’échanges culturels

Agathe Lautréamont 1 février 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Si la venue du président Hassan Rohani en France promet d’être fructueuse d’un point de vue économique, il semble qu’elle le sera également au niveau de la culture. Le 28 janvier dernier, l’Iran et la France ont en effet signé un important accord d’échanges…

Rohani et Hollande en conférence de presse le 28 janvier dernier © Christophe Morin – Getty Images

Un programme chargé

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le programme signé par les deux pays est on ne peut plus chargé. Cet accord, déjà présenté comme historique par le Musée du Louvre, ouvre la voie à une inédite et riche collaboration culturelle et scientifique entre le plus célèbre musée parisien et le ministère de la culture iranien.

Une nouvelle qui prévoit des échanges entre les deux pays qui ne se limiteront donc pas à des accords économiques et financiers, comme la visite officielle du président Rohani le laissait pourtant supposer. Accompagnant Rohani, le vice-président iranien Masoud Soltanifar (qui occupe également le poste de ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme) a en effet visité avec un intérêt non-dissimulé les galeries du Louvre.

De son côté, le service de communication de l’institution parisienne s’empressait de préciser qu’à cette occasion, aucune sculpture n’avait été recouverte, histoire de couper immédiatement l’herbe sous le pied aux éventuelles mauvaises langues.

Les deux présidents arrivent à la conférence de presse © Chesnot – Getty Images

Un pays au riche patrimoine

L’accord, qui a officiellement été ratifié à l’Élysée, définit un plan d’action comptant de nombreuses collaborations, des échanges et des fouilles archéologiques coordonnées, et se prolonge jusqu’en 2019.  C’est ainsi que des expositions seront organisées aussi bien en Iran qu’en France, enrichies de pièces antiques que les deux pays se prêteront mutuellement. En 2018, une exposition sur la dynastie Kadjar ouvrira au Louvre Lens, exposant pour la première fois de rares photographies et films restaurés de cette période (1789-1925).

Des publications scientifiques ainsi que des parutions de catalogues sont prévues, tandis que des missions scientifiques pourront se rendre en Iran afin d’en apprendre davantage sur le patrimoine culturel et historique de ce vaste pays du Moyen-Orient. Autre point important : la relance des collaborations au niveau des fouilles archéologiques.

L’Iran peut en effet se targuer d’un riche patrimoine présent sur son sol. Ainsi, dans la région du Baloutchistan, des vestiges d’occupation humaine remontant au Paléolithique ont été mis au jour, amenant les chercheurs à penser que la zone a été colonisée il y a près de 800 000 ans.

Ruines du palais achéménide de Suse ©

Ruines du palais achéménide de Suse © Wikimedia Commons

La culture, seule motivation ?

De grands empires se sont également succédé en Iran, à l’image des Séleucides, des Achéménides ou encore des Sassanides. Mais le Louvre lorgne principalement sur le site de Suse, à l’ouest du pays, là où a été découvert (par une équipe du musée) le Code de Hammurabi : un texte juridique babylonien daté de 1750 avant J-C. Trouvé en 1901, il est aujourd’hui exposé au Louvre. La ville de Nishapur, fondée par les Sassanides au IIIe siècle après Jésus-Christ, a également été citée dans le programme d’échanges.

Autre accord entre les deux nations : des efforts intensifiés pour mettre un point d’arrêt définitif au trafic d’œuvres d’art et d’antiquités. Cette annonce fait suite à la décision antérieure du Louvre de s’engager fermement contre la vente de pièces antiques qui permet à des organisations terroristes comme l’État Islamique de se financer en partie. Mais que l’on ne s’y trompe pas…

Ce partenariat culturel signé avec l’Iran en ce début d’année est une manière pour la France de maintenir sa présence diplomatique au sein du Moyen-Orient, en ménageant tous les partis, peu importe les intérêts et autres jeux d’alliance de chacun.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE