Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

À Bruxelles, Isabelle Cornaro dresse un magistral monument à la peinture

Magali Lesauvage 27 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Invitée par le curateur Guillaume Désanges à clore le cycle d’expositions Des gestes de la pensée à la Verrière – Fondation d’entreprise Hermès, à Bruxelles, l’artiste française Isabelle Cornaro transforme le lieu en monument métaphysique à la peinture. Magistral. 

cornaro2

Vue de l’exposition Isabelle Cornaro à La Verrière – Fondation d’entreprise Hermès, 2016. Courtesy de l’artiste. Photo : Isabelle Arthuis.

On connaît Isabelle Cornaro, 42 ans, pour ses mises en scène érudites, inspirées de la peinture ancienne et qui recréent, à partir d’objets trouvés, des paysages et des histoires de l’âge classique. Chaînes d’or dessinant des rivages sinueux, superposition de vases anciens formant des architectures à l’antique, tapis et cimaises détaillant les plans comme dans le système de « coulisses » de la peinture classique font passer l’œuvre d’art de la deuxième à la troisième dimension.

Pour son exposition à la Verrière, vaste salle rectangulaire nichée au fond d’une boutique Hermès du très chic boulevard de Waterloo, Isabelle Cornaro a voulu créer un « paysage neuf ». Quittant le magasin clinquant et coloré, on pénètre dans un espace où se dressent des monolithes sévères comme des pierres tombales. Changement d’ambiance.

IMG_7563

Vue de l’exposition Isabelle Cornaro à La Verrière – Fondation d’entreprise Hermès, 2016. Courtesy de l’artiste. Photo : Magali Lesauvage.

De loin, ces vastes surfaces grises se découpent en plages superposées, famille de formes minimales dialoguant dans le silence. Elles émergent du sol comme d’un substrat boueux, dans une lueur amniotique.  L’œil se déplace de l’une à l’autre, puis suit le corps, poussé par une curiosité irrépressible à aller voir ce qu’il y a derrière, autour, entre chacune, comme dans un champ de ruines intactes. Il découvre alors que ces surfaces n’ont rien, ou presque, d’uniforme, qu’elles sont au contraire animées de multiples nuances, diaprées comme des taches d’essence. La peinture en spray laquée donne une sensation de perspective atmosphérique, diluant les formes les unes dans les autres.

Le visiteur devient alors spectateur et s’invite à entrer dans la peinture. L’œil ne bouge plus seulement dans son orbite, comme il le fait contemplant un tableau, l’œil appartient de nouveau à son corps, pour se mouvoir dans un travelling entre les masses. Inspirée par Poussin (on trouve son catalogue raisonné copieusement annoté dans le matériel préparatoire de l’artiste), Cornaro s’adresse à l’amateur d’art aguerri. Comme dans les grandes compositions du XVIIe siècle, rien ici n’est laissé au hasard, mais plutôt au subconscient artistique. « C’est une peinture fragmentée en blocs, explique-t-elle. Une image décomposée. Mais elle n’a pas le caractère liquide que nous soumet l’ère numérique. Ici le mouvement est figé ».

arcadia

Nicolas Poussin, Les Bergers d’Arcadie, ou Et in Arcadia ego, vers 1640, Paris, musée du Louvre.

Et les objets, disposés sur les parallélépipèdes couchés, qui semblent avoir été jetés là comme des offrandes (pierres facettées, pièces de monnaie, chaînes…), répondent eux aussi à une organisation précise. Des objets familiers, vide-poche informel ou reliquat de strate archéologique, « mis à distance » par leur picturalité même.

Ce paysage brut et immersif est pour Isabelle Cornaro une manière de faire du cinéma sans caméra. Par leur seule disposition, les blocs massifs alternent plans longs et plans serrés, close-up et grand angle, en séquences réglées au millimètre. Par leur agencement, ils racontent un inconscient collectif des formes. De cette vision synthétique surgit un monument contemporain à la peinture, lointain ancêtre de l’énigmatique monolithe du Et in Arcadia ego de Poussin. Encore lui.

ISABELLE CORNARO

15/01/2016 > 26/03/2016

La Verrière-Fondation d'entreprise Hermès

BRUXELLES-VILLE

Isabelle Cornaro s’intéresse aux représentations qui traversent l’art et son histoire. Invitée à La Verrière, elle a produit une no...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE