Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

« Après la Shoah » : une expo pour un peuple en train de se reconstruire

Jéremy Billault 26 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le Mémorial de la Shoah à Paris s’attaque à une question aussi complexe que méconnue : que s’est-il passé après la Shoah ? Autour d’un grand nombre de témoignages et d’images d’époque, l’exposition analyse la difficulté qu’a été, pour des millions de personnes, le retour à une vie qui ne représentait plus grand chose. 

camps

Et après ? C’est un peu la question que l’on ne s’est pas assez posée. Outre l’instant T de la libération des camps et les images devenues célèbres du procès de Nuremberg, les mois qui ont suivi la fin de la Shoah nous sont restés obscurs car difficiles à cerner. C’est ce constat qui a conduit le musée du Mémorial de la Shoah à consacrer sa nouvelle exposition (du 27 janvier au 30 octobre) aux rescapés, aux réfugiés, aux survivants (nuances importantes) et à leur avenir incertain «Après la shoah». Pour à la fois plus de précisions et une certaine diversité, les commissaires ont décidé de se pencher sur l’Allemagne, la France et la Pologne dans une période qui s’étend de 1944 (libération des premiers camps) à 1947, avant la création de l’Etat d’Israël.

camps3

Dans les premiers instants, on ne sait pas où aller. A ce moment-là, on estime à 40 millions le nombre de ceux qui ont dû se déplacer sans, pour certains, savoir où aller. Parmi eux, 1,7 millions de Juifs qui sont un problème parmi tant d’autres dans un monde qui doit totalement se reconstruire. On parle alors de rescapés, de ceux qui ont, de près ou de loin (souvent de très près) été menacés. Le terme de survivant, lui, s’attache à ceux qui sont sortis vivants des camps. Et ils sont peu nombreux, quelques milliers, dont une bonne partie ne survivra que quelques semaines. Se reconstruire prendra du temps, on crée des lieux d’accueil, des étapes plus ou moins longues vers un avenir incertain.

Au coeur de l’exposition, des témoignages, beaucoup. Des images d’archives (on montre notamment les toutes premières images des camps diffusées à la télévision), des photos, des documents, des lettres et des textes, en particulier ceux de jeunes enfants à qui l’on avait demandé de mettre leur vécu sur le papier : le résultat est touchant, naïf, bouleversant.  Peu d’artistes, mis à part Rapoport et sa sculpture en Israël, mais beaucoup d’informations, d’éclairages sur une période floue, sur cet antisémitisme d’après-guerre, sur l’enfer qu’ont traversé les rescapés juifs polonais face aux pogroms de l’armée rouge, sur les kibboutz mis en place sur le sol allemand (!)  et sur la réaction à chaud extrêmement complexe d’un monde et d’une population meurtries.

APRÈS LA SHOAH

27/01/2016 > 20/11/2016

Mémorial de la Shoah

PARIS

Après la catastrophe. La libération de l’Europe et la fin de la Seconde Guerre mondiale soulèvent un immense sentiment de soulagement, ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE