Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

À la BNF, de la photo, du Blaise Pascal, de la peinture et… les Francs-maçons !

Agathe Lautréamont 15 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le cru 2016 de la Bibliothèque Nationale de France vient d’être annoncé ! L’éclectisme est de mise, entre photographie, littérature et mystères vieux de trois siècles. Focus sur le programme concocté…

barcelo 2

© Miquel Barceló

Miquel Barceló, du 22 mars 2016 au 28 août 2016

Gravures, peintures, livres imprimés, fresques… Miquel Barceló est une figure polyvalente de la création espagnole contemporaine, qui n’hésite pas à bousculer les codes de l’art pour explorer et pourquoi pas inventer de nouvelles techniques. Amoureux des matières originelles, des éléments, Barceló travaille depuis quelques années maintenant l’argile et la terre et, de son propre aveu, s’inspire des peintures rupestres et de l’art pariétal primaire que l’on rencontre dans les grottes de Lascaux ou Chauvet.

Le peintre n’hésite donc pas à introduire des éléments basiques, premiers, dans un bâtiment comme la BNF qui s’inscrit résolument dans la modernité ; mais après tout l’art doit choquer, surprendre, se renouveler sans cesse. Alors pourquoi pas ? Espace privilégié d’expérimentations parfois un peu folles, l’art de Miquel Barceló est protéiforme, brut et puissant, jouant de la métamorphose et de subtiles références à Pablo Picasso pour une plongée dans un univers sans pareil.

mac

© DR

La Franc-maçonnerie, du 12 avril 2016 au 24 juillet 2016

Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Que font-ils ? Fomentent-ils des complots dans l’ombre de leurs loges à l’atmosphère qu’on imagine chargée d’encens et d’odeur de cire fondue. Cherchent-ils à prendre le pouvoir partout dans le monde, afin de mieux nous contrôler ? Allons, allons… Au-delà des clichés traditionnels courant sur cette société vieille d’un peu plus de trois siècles, la grande exposition organisée à la BNF sur la Franc-maçonnerie espère surtout revenir à l’Histoire.

Mais la vraie cette fois, celle qui explique les racines de cette organisation tentaculaire, qui sut au fil du temps s’entourer de personnages éminents, esprits éclairés et intellectuels ouverts sur le monde et ses changements constants. Le parcours, d’une grande recherche dans son approche scientifique et historique, balaiera beaucoup de fantasmes, redéfinira les réalités des rituels et codes, tandis qu’une lumière bienvenue sera jetée sur les symboles et l’ésotérisme qui lui sont propres.

avedon

© Richard Avedon

Richard Avedon, du 18 octobre 2016 au 26 février 2017

Né en 1923 et mort en 2004, Richard Avedon fait partie des plus grands photographes de mode du XXe siècle ; une époque qu’il aura traversée de part en part, flairant les tendances, suivant les évolutions stylistiques et esthétiques, et jouant avec ces derniers comme personne avant lui. Particulièrement actif au cours des années 50, il voit l’essor du style Dior, du « New look », de la modernité d’après-guerre. Mais esprit rebelle, il n’appréciait pas la sacralisation et la muséification de la photographie, qu’il voyait essentiellement comme une pratique pensée pour entrer en dialogues avec les autres arts.

Esprit d’avant-garde, les clichés étaient pour Richard Avedon un élément de récit dynamique, une part de vie, l’écriture de celle-ci par la lumière. Amoureux de la France et surtout des français, il réalisera de nombreux clichés devenus mythiques de personnalités publiques, à la manière d’un américain dialoguant avec Paris fantasmée, l’Hexagone rêvé, le chic à la française sublimé.

756px-Blaise_Pascal_Versailles

© DR

Blaise Pascal, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017

L’écrivain du XVIIe siècle qui chercha tout au long de sa courte vie (il meurt à 39 ans) à faire dialoguer raison et foi, certitude et inquiétude, n’a jamais été d’une actualité aussi brûlante. Analyste du pouvoir et de ses excès, de l’hybris humaine, Pascal sera présenté, exploré, expliqué dans un riche parcours chronologique en trois étapes, qui reviendront sur ses centres d’intérêt, son génie précoce, son goût des sciences et plus particulièrement des mathématiques, et enfin son « grand œuvre » resté inachevé mais devenu emblématique : Les Pensées.

Ce qui devait originellement devenir une « Apologie de la religion chrétienne » par l’auteur des Provinciales, violente charge contre les Jésuites de son époque, ne fut laissé qu’à l’état de brouillon dispersé dans un millier de pages de notes, sans ordre précis ni chapitres qui auraient pu aider les historiens à dégager un plan bien établi. À tel point qu’aujourd’hui encore, les universitaires se disputent quant à l’ordre fixe donner une bonne fois pour toute à ce recueil que nous connaissons actuellement.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE