Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS
expo_cercle_5 MACHINES À DESSINER

25/10/2016 > 26/02/2017

Musée des Arts et Métiers - PARIS

LA NEWSLETTER

Trois chefs-d’œuvre à découvrir dans l’expo « Jacques Doucet – Yves Saint Laurent »

Magali Lesauvage 13 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qu’est-ce que le goût, et comment le définir ? En cinq salles dont l’harmonie exquise tient d’un talent de musicien (celui, en l’occurrence, du commissaire Jérôme Neutres), l’exposition Vivre pour l’art à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent tente le défi de « l’espace parfait » en alliant toiles et objets d’art provenant des collections de deux grands couturiers du XXe siècle, Jacques Doucet (1853-1929) et Yves Saint Laurent (1936-2008). Focus sur trois chefs-d’œuvre exposés ici.

Les enfants Dedreux par Géricault

Geric

Théodore Géricault, Portrait d’Alfred et Élisabeth Dedreux, vers 1818, collection particulière.

Vendu en 2009 pour 9 millions d’euros lors de la fameuse vente Pierre Bergé au Grand Palais, ce portrait d’Alfred et Elisabeth Dedreux par Théodore Géricault aurait semble-t-il atterri chez Liliane Bettencourt. Issu de la collection privée de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, cet étrange double portrait aux accents de fin du monde montre deux enfants aux visages très similaires, se tenant l’un contre l’autre. Leur expression est grave, presque inquiète, la petite fille tenant dans sa main une fleur coupée, le garçon négligemment assis de profil.

Ombres et lumières se chevauchent sur leurs petits corps compacts, tandis qu’en arrière-plan point un crépuscule noircissant. Le frère et la sœur sont isolés dans un paysage dénudé de toute présence humaine, animale et végétale, mais liés l’un à l’autre par leur enlacement gauche. Les deux enfants, presque des jumeaux, témoignent d’un aplomb terrifiant, presque menaçant, dans une attitude de défi face au monde adulte. L’une des toiles les plus énigmatiques de Géricault.

Le cabinet en palissandre et galuchat de Pierre Legrain

Pierre Legrain, cabinet, Paris, vers 1919, palissandre, galuchat, jade, corne, intérieur en sycomore, Paris, musée des Arts décoratifs.

C’est un petit bijou de style, un concentré d’élégance, un exemple splendide de la règle de l’harmonie qui prévaut au dessin de tout beau meuble. Ce cabinet est composé de bois de palissandre aux beaux reflets roux, de galuchat (du cuir de poisson !) teinté de vert d’eau, d’une perle en jade à son sommet mais aussi de finitions en corne. Conservé au musée des Arts décoratifs, il appartint à Jacques Doucet, qui en orna son appartement parisien de l’avenue du Bois (aujourd’hui avenue Foch) dans les années 1920.

Avec ses proportions élancées et son dessin très géométrique, la préciosité de ses éléments couplée à une certaine rigueur, cette pièce est représentative du travail de Pierre Legrain, décorateur, relieur, ébéniste, et grand fournisseur de Jacques Doucet.

La Pompe de Picabia

Picabia

Francis Picabia, Pompe, aquarelle et gouache, 1922, Paris, Centre Pompidou, musée national d’art moderne.

Autre œuvre d’une apparente simplicité, cette grande aquarelle de Picabia, ayant appartenu à Jacques Doucet, laisse elle aussi baba d’admiration devant l’élégance de ses proportions. Une sorte de 7 inversé barre la composition, en avant d’une sorte de roue à quatre rayons. Le bras de la pompe – puisque l’artiste nous indique ce dont il s’agit – est maintenu dans le vide, rendant l’objet inutile, absurde, inadapté.

Ce dessin majestueux, aujourd’hui conservé au Centre Pompidou, fait partie de ces représentations d’objets « handicapés » à l’étrange beauté que réalise l’inclassable Picabia au tournant des années 1920. Un manifeste de la beauté moderne telle que l’ont célébrée l’un après l’autre Jacques Doucet et Yves Saint Laurent dans leurs maisons de couture.

JACQUES DOUCET - YVES SAINT LAURENT

15/10/2015 > 14/02/2016

Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent

PARIS

Créateurs de beauté, Jacques Doucet (1853-1929) et Yves Saint Laurent (1936-2008) sont tous les deux couturiers, chacun dans une moitié d...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE