Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Découverte historique en Angleterre : un « Pompéi » de l’âge de Bronze

Agathe Lautréamont 13 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dans les régions marécageuses du Cambridgeshire, au nord de Londres, une équipe d’archéologues a mis au jour les vestiges d’un village entier de l’âge de bronze parfaitement conservé. Une découverte unique en Grande-Bretagne, qui permet à la science d’en apprendre plus sur ces peuplades qui vécurent en Angleterre il y a près de 3000 ans.

cam 4

Des poutres et des pilotis © Cambridge Archaeological Unit

Ils sont là, exceptionnellement préservés par le limon et la vase du sol de cette partie de l’Angleterre, comme figés dans le temps : un âtre, des maisons, des palissades et autres objets du quotidien, figés dans le lit d’une ancienne rivière sous-terraine depuis trois millénaires. Les charpentes et les poutres sont intactes, les vases, gobelets et jattes utilisés pour les repas sont à peine abîmés.

Plus exceptionnel encore, des outils, des pièces de textile et des écuelles contenant des restes de repas ont également été retrouvés par les chercheurs. Cet état de conservation absolument sans précédent dans l’histoire de l’archéologie de Grande-Bretagne a amené les scientifiques à parler d’un « Pompéi de l’âge de Bronze ».

Le Cambridge Archaeological Unit, équipe en charge des recherches sur le site, ne cache pas sa joie. Interviewé par le journal The Guardian, le directeur des fouilles Mark Knight explique avoir eu le sentiment de s’immiscer dans le quotidien d’une famille venant à peine de s’en aller.

archéo

Des pots contenant des restes de repas © Cambridge Archaeological Unit

Selon ce dernier, le caractère extraordinaire du champ de fouille dépasse toutes les attentes en matière d’archéologie. Les archéologues n’ont en effet pas seulement découverts des objets de la vie de tous les jours, mais aussi des artefacts très précieux comme des bijoux, des éléments en bronze, ou encore des perles de verre qui devaient probablement faire partie d’un riche collier.

Ce n’est pourtant qu’en 2006 que les scientifiques commencèrent à se pencher sur ce lieu, comprenant peu à peu à quel point l’endroit recélait de véritables trésors historiques. Ce village vieux de 3000 ans comprenait une part de ses habitations construite sur des sortes de pilotis fermement plantés dans le lit de la rivière sinuant autour du site. À cette époque, les alentours étaient constitués d’un réseau de rivières et de rus alimentant une zone déjà très marécageuse, ce qui n’empêcha pas ces populations de s’y installer.

perles

Des perles retrouvées sur le site © Cambridge Archaeological Unit

Mais ce qui surprend le plus les archéologues (à en juger par l’analyse des contenus des pièces de vaissellerie), c’est que les habitants du village ne semblent pas avoir tiré leur nourriture de la zone où ils se sont installés. Pas de poissons, pas d’anguilles et encore moins de moules d’eau douce. De même, les chercheurs ne retrouvèrent aucun roseau dans l’élaboration de leurs maisons, palissades ou éléments de vannerie, alors qu’ils poussaient en abondance dans la région.

Au contraire, leur alimentation semble avoir été exclusivement fondée sur l’élevage, puisque des restes de cochons, moutons et vaches ont été retrouvés. Or, la prairie la plus proche pour l’élevage du bétail se trouvant à un demi-kilomètre des vestiges du village, cette découverte amène les chercheurs à reconsidérer la façon dont les peuples de l’âge de Bronze exploitaient les ressources de leur territoire.

cam 2

Des pièces de textile parfaitement conservées © Cambridge Archaeological Unit

 Cette découverte signifierait que les peuplades ayant vécu en Angleterre entre 2000 et 3000 avant J-C ne choisissaient pas leurs lieux d’installations en fonction des ressources alimentaires, mais plutôt selon des critères stratégiques.

Ainsi, les rivières jalonnant le Cambridgeshire représentaient une route commerciale majeure pour le transport des vivres et des richesses. Donc, en contrôlant ces points de passage, les habitants du village pouvaient collecter une forme d’impôt ou gagner en pouvoir et en influence sur toute la région.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE