Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le Musée des Avelines célèbre le poète Émile Verhaeren

Agathe Lautréamont 11 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Grand poète de la fin du XIXe siècle aujourd’hui injustement oublié, Émile Verhaeren est né en Belgique flamande, mais a choisi le français comme langue d’expression. Chantre de la versification libre, influencé par le symbolisme, l’écrivain est mis à l’honneur par le Musée des Avelines de Saint-Cloud.

Georges Tribout, Émile Verhaeren en redingote rouge © Musée Verhaeren de Sint-Amands

Un poète trop oublié

Installé dans les murs tout de marbres et de blancheur dans une ancienne villa des années 1930, les Avelines est une institution couplant musée, bibliothèque et jardin. Ses collections permanentes retracent l’histoire de la ville de Saint-Cloud, tandis que ses expositions temporaires s’attachent à raviver l’histoire culturelle de cette petite municipalité aux portes de Paris.

Le poète Émile Verhaeren (1855-1916) passa les seize dernières années de son existence dans la commune boisée, dont il aimait le calme et le bon air. L’année 2016 marquera l’année de sa disparition accidentelle (l’auteur mourut percuté par un train en gare de Rouen le 27 novembre 1916), l’occasion pour le musée des Avelines de programmer un accrochage rendant hommage à cet écrivain avant-gardiste, la dernière exposition qui lui fut consacré datant de 1997 (au musée d’Orsay).

Paul Signac, Au temps d’harmonie © Collection Particulière

Ami des intellectuels

Grâce à une exposition riche et variée, proposant aussi bien des toiles, des manuscrits, des livres ou des objets ayant appartenu au poète flamand, le musée des Avelines revient sur la personnalité de cet écrivain quelque peu négligé de nos jours, qui ne cessa de défendre dans ses écrits (aussi bien ses poèmes que ses critiques littéraires et artistiques) les courants artistiques de son temps.

Grand ami des esprits de son temps (André Gide, Stefan Zweig, Paul Verlaine…), il défendit avec force et emphase des figures culturelles comme Odilon Redon, Pierre Puvis de Chavannes ou encore Georges Seurat ; tous ancrés dans des formules esthétiques bien différentes, mais qui avaient le mérite à ses yeux, de redéfinir les codes esthétiques et proposer de nouvelles approches artistiques ; un esprit frondeur que Verhaeren appréciait et saluait dès qu’il en avait l’occasion.

Théo Van Rysselberghe, Portrait d’Octave Maus © DR

Le passeur d’art

Écrivain très célèbre de son vivant, Émile Verhaeren était également un grand passeur d’art. Doté d’un grand sens critique, d’un goût immodéré pour la peinture et l’originalité, il défendit ou se lia d’amitié avec de grands noms de son époque, qui à l’aube du XXe siècle, eurent la prescience que de grands bouleversements allaient secouer une époque entière, voire l’ensanglanter.

Organisé selon quatre thématiques, le parcours proposé par le Musée des Avelines propose de revenir sur la figure du poète, en livrant quelques secrets de son cabinet de travail de Saint-Cloud. Dans un second temps, son engagement littéraire est mis en lumière. Ensuite, la fascination de l’écrivain pour les villes, la modernité et l’industrialisation est analysée dans une salle richement dotée en toiles et livres.

Enfin, l’ultime étape de l’exposition explore les prises de position de Verhaeren durant la Première Guerre mondiale, en particulier sa défense farouche de la Belgique et ses virulentes critiques envers l’Allemagne, pays qu’il admirait avant l’exposition de ses intentions belliqueuses.

Odilon Redon, Frontispice pour Les débâcles de Verhaeren © DR

Le goût du symbolisme

Odilon Redon, Paul Signac, Théo Van Rysselberghe… De grands noms de la peinture ont été réunis par le Musée des Avelines grâce à de fructueuses collaborations et autres prêts de particuliers ayant à cœur de raviver la mémoire du poète. Grand ami des peintres symbolistes, Verhaeren avait à cœur d’explorer dans ses écrits le mystère et la quête irréfragable d’idéal ; des idées partagées par les artistes de ce mouvement né à la toute fin du XIXe siècle.

En se penchant sur la question de l’aliénation de l’homme, le symbolisme explore le rapport entre la psyché humaine et l’ineffable du rêve, de la mystique et des songes. Sommes-nous réellement libres ? Ne sommes-nous pas les jouets de nos visions et désirs enfouis ? Un questionnement qui taraudait également Émile Verhaeren. Profondément de son temps, le poète est dévoilé par le Musée des Avelines, dans un parcours artistique illustrant ses affinités et sa passion pour l’art.

ÉMILE VERHAEREN (1855-1916) POÈTE ET PASSEUR D’ART

15/10/2015 > 06/03/2016

Musée des Avelines

SAINT-CLOUD

Du 15 octobre 2015 au 6 mars 2016, le musée des Avelines consacre une exposition à Émile Verhaeren, afin de redécouvrir - à l'approche ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE