Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

En images : Bowie, modèle génial des grands photographes

Agathe Lautréamont 11 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le chanteur aux quarante années de carrière et aux 140 millions d’albums vendus dans le monde n’est plus. Atteint d’un cancer, David Bowie s’est éteint à l’âge de 69 ans, laissant derrière lui la musique rock orpheline et des milliers de fans inconsolables. Ami des artistes, on n’a pas résisté à l’envie de vous le présenter en cinq portraits emblématiques.

© Helmut Newton

Par Helmut Newton, 1983

Photographe de mode célèbre, Helmut Newton fait figure d’artiste iconoclaste dans le monde de la pellicule. Osant l’originalité, les plans très serrés et les mises en scènes mimant la spontanéité de l’instant, Newton est bien trop souvent réduit à ses clichés érotiques qui arrivèrent à point nommé pour redéfinir les notions de beauté et d’esthétisme.

Photographe des plus grandes célébrités des années 70 et 80, il réalisa plusieurs portraits du rockeur au début de la décennie 1980. Immortalisé dans un cadrage très serré, chemise ouverte et regard franc, Bowie semble nous targuer du haut de sa jeunesse et dans toute l’insolence de sa beauté androgyne.

© Justin de Villeneuve

Par Justin de Villeneuve, 1973

Initialement prise dans le cadre d’un shooting pour le magazine Vogue, cette photo de Justin de Villeneuve trônera finalement comme couverture de l’album Pin Ups de David Bowie. Lorsque le jeune photographe rencontra Bowie pour la réalisation de ce shooting en compagnie du mannequin Twiggy, un problème se posa : là où le rockeur affichait un teint de lait, la jeune femme affichait un superbe bronzage de retour de vacances.

C’est ainsi que le photographe eut l’idée de maquiller Bowie et Twiggy, leur dessinant des masques sur le visage, afin de corriger ce petit problème de bronzage, et produisant sans le savoir un des portraits les plus emblématiques de l’artiste.

duffy

Par Brian Duffy, 1973

L’avantage des planches contact, c’est qu’elles nous offrent la possibilité de glisser notre regard dans l’envers du décor, celui du déroulement d’une séance photo. Trop souvent, on a tendance à imaginer que les grands photographes ont l’œil si talentueux, si aguerri, qu’ils parviennent en un seul déclenchement à produire une imagine appelée à devenir légendaire.

Que nenni ! Comme pour tout le monde, il faut photographier, essayer, retenter, jusqu’à tomber sur LA photo qui sera finalement retenue après une heure de pose.  Grâce à cette planche, on voit ainsi le tâtonnement de Duffy, les instructions données à Bowie, ses changements d’expression… Une démarche originale, et passionnante.

mick rock

© Mick Rock

Par Mick Rock, 1972

Mick Rock est surnommé, à juste titre, « l’homme qui a photographié les années 70 ». Doté d’un style reconnaissable entre tous, entre glamour et rock n’roll frôlant parfois avec le trivial, Mick Rock appréciait réaliser des portraits de célébrités hauts en couleur, rendant au mieux la personnalité de ses modèles.

Avec ce portrait de David Bowie, le photographe semble reprendre les codes des Beaux-Arts, détournant le motif très connu de la Vénus au miroir (en écho au look androgyne du chanteur) pour mieux perturber nos habitudes esthétiques et visuelles. Habillé d’une veste cintrée rose du plus bel effet rehaussant sa chevelure rousse,  Bowie devient une icône mode et délicate.

Bowie Masayoshi Sukita

© Masayoshi Sukita

Par Masayoshi Sukita, 1977

L’image, qui sera utilisée par David Bowie pour la pochette de son album Heroes a souvent été décrite comme une référence à l’artiste allemand Erich Heckel, et plus particulièrement à son dessin intitulé Roquairol. Les similarités entre les poses sont en effet surprenantes.

heckel

Erich Heckel, Roquairol, 1917 © DR

Cependant, le photographe Masayoshi Sukita s’est toujours défendu de cette parenté, car même si Bowie appréciait beaucoup le courant artistique de l’expressionnisme allemand, pour le photographe, cette pose est un pur hasard. La photo restera cependant dans l’histoire pour l’intense fixité du regard du chanteur, rappelant le goût du rockeur pour le mime, le théâtre et la mise en scène de sa personne toujours savamment orchestrée.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE