Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_3 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 BRASSAÏ

09/11/2016 > 30/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

La villa Poiret de Mallet-Stevens vendue 2 millions d’euros aux enchères

Agathe Lautréamont 6 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dessinée par l’architecte Robert Mallet-Stevens pour le riche couturier Paul Poiret, la villa Poiret était vendue aux enchères à Versailles ce mercredi 6 janvier au matin. Elle a été cédée pour 2 millions d’euros à la société G2AM qui construit… des centres commerciaux. 

3361413542_7b987eaa56_z

© Quentin Durward – Flickr

Si jamais vous vous promenez un jour du côté de Mézy-sur-Seine dans les Yvelines, en arpentant les collines de cette petite ville d’à peine deux mille âmes, il y a de grandes chances que vos pas vous portent vers une massive bâtisse aux murs qu’on croirait blanchis à la chaux, mais bien esseulée…

Ceinte par une spacieuse terrasse, la demeure de 670 mètres carrés surplombe la vallée de la Seine, fièrement accrochée sur ses hauteurs qu’elle domine de ses murs de béton immaculés. Malheureusement, çà et là, quelques signes ne trompent pas : la mousse gagne du terrain, l’humidité fait son œuvre, le jardin n’est plus entretenu… La villa Poiret, ancien lieu de villégiature du couturier du même nom, était quelque peu oubliée depuis des années, malgré son classement aux Monuments Historiques.

Considérée comme faisant partie des trois demeures privées les plus représentatives de l’architecture de Mallet-Stevens avec deux autres villas (Cavrois et Noailles), celle qui fut pensée pour le couturier, et construite en 1924-1925, est l’une des premières manifestations du modernisme architectural en France. Cependant, la bâtisse ne fait que porter le nom de son propriétaire, puisque Poiret n’y habita jamais : ce dernier ayant fait faillite avant même l’achèvement de la construction.

3360595727_7d05eb8223_z

© Quentin Durward – Flickr

Pour que les travaux puissent se terminer, il aura fallu l’intervention de la comédienne Elvire Popesco, qui racheta la maison dans les années 1930. L’architecte engagé par cette dernière adapta le tracé originel, pour ajouter quelques éléments de style « paquebot » à la villa. Quant à Popesco, elle investit les lieux jusqu’en 1985.

Acquise ensuite par un industriel qui ne s’en occupa guère, la maison fut proposée aux  enchères à de nombreuses reprises, sans trouver de nouvel acquéreur. Elle passe finalement aux mains d’un nouveau couple de propriétaires en 2006, qui se lancent dans sa restauration. Au bout de quelques années, les nouveaux habitants s’endettent, et quittent la bâtisse. Hypothéquée, elle subit par la suite une procédure de saisie immobilière classique.

3361413932_0c31b5a548_z

© Quentin Durward – Flickr

Et nous voici arrivés en 2016. La villa est mise en vente, malgré la lettre adressée à la ministre de la Culture Fleur Pellerin, par deux petites-filles de Paul Poiret et l’un des descendants de Mallet-Stevens : « Nous ne pouvons pas croire que vous laisserez aller à la déchéance la villa Poiret, et nous espérons que vous saurez mettre fin à cette opération », rapportait le Figaro.

La villa Poiret a été finalement rachetée le 6 janvier pour la somme de deux millions d’euros aux enchères judiciaires. La propriété a été divisée en trois lots distincts : deux terrains respectivement vendus à 25 000 et 14 000 euros, et un troisième lot comptant villa, parc et piscine pour 1 960 000 euros.

Une somme qui a dépassé les attentes, puisque la demeure et son terrain avaient été mis à prix à 1,2 millions d’euros. Qu’en est-il du nouveau possesseur de la maison ? L’entreprise G2AM, qui construit entre autres des centres commerciaux, a déclaré à l’issue de la vente aux enchères ne pas avoir encore décidé de ce qui allait advenir de son bien classé…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE