Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 ENTRE L'ART ET LA MODE

11/11/2016 > 26/02/2017

Galerie Azzedine Alaïa

- PARIS

expo_cercle_3 BERNARD BUFFET

18/10/2016 > 05/03/2017

Musée de Montmartre - PARIS
expo_cercle_5 ALI CHERRI

14/02/2017 > 28/05/2017

Jeu de Paume - PARIS

LA NEWSLETTER

Daum & Dalí, variations sur la « Vénus aux tiroirs »

Agathe Lautréamont 6 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qu’est-ce qui peut donc bien rapprocher un artiste surréaliste espagnol excentrique au possible, et une cristallerie séculaire s’étant bâtie une prestigieuse réputation de luxe et de sérieux ? Rien, peut-on penser. Et pourtant ! Observons une œuvre dessinée par Salvador Dalí pour la maison Daum, présentée dans l’exposition Daum, variations d’artistes.

daum & dali

Salvador Dalí, Vénus aux tiroirs © Daum

Le motif d’un corps humain pourvu de nombreux tiroirs est un symbolisme que l’on peut retrouver à de nombreuses reprises dans le travail de Salvador Dalí. D’abord représenté en peinture, il passera ensuite à la sculpture lors d’une surprenante déconstruction d’une des plus célèbres œuvres au monde : la Vénus de Milo.

Lorsque l’on pense antiquité grecque, il y a fort à parier que la première image qui vous vienne à l’esprit soit cette belle structure de marbre de Paros haute de deux mètres ! Découverte tout à fait par hasard en 1820 sur l’île de Milos par un paysan labourant son champ, l’œuvre dont on peine encore aujourd’hui à déterminer le sculpteur trône en bonne place au musée du Louvre depuis 1821. Par sa réalisation parfaite et le grand talent de l’artiste qui se chargea de sa réalisation, de nombreux peintres modernes ont repris son esthétique, fascinés par son caractère énigmatique.

dali vénus aux tiroirs

Salvador Dalí, Vénus aux tiroirs, 1936 © Fondation Dalí

Salvador Dalí ne fit pas exception à la règle, et représenta la Vénus dans sa toile Le Torero Hallucinogène, par exemple. C’est en 1936 que le peintre a l’idée de mêler ce marbre grec à un motif récurent dans son œuvre : les corps humains dotés de… tiroirs ! La pauvre déesse de l’amour se retrouve alors affublée de cet étrange attribut au niveau du front, de la poitrine, du ventre et des jambes. Quant aux poignées, elles se trouvent ornées de pompons de fourrure du plus bel effet…

« La civilisation grecque n’a pas connu l’introspection, voyez-vous, ni Freud ni le christianisme. Avec les tiroirs, il est désormais possible de regarder l’âme de la Vénus de Milo à travers son corps. » Salvador Dalí

Le cabinet antropomorphique, 1936, Düsseldorf

Salvador Dalí, Le cabinet anthropomorphique, 1936, Düsseldorf © Fondation Dalí

Bien évidemment, l’idée était ici de s’amuser à détourner les œuvres emblématiques, jeu auquel les membres du mouvement surréaliste adoraient s’adonner. Estimant que la parfaite harmonie du corps humain présentée par la Vénus de Milo était quelque chose de démodé, ils réutilisèrent l’esthétique antique pour s’en moquer, tout en créant un nouveau motif. Ainsi, en dotant la sculpture grecque de nombreux tiroirs, Dalí rapproche l’œuvre d’un meuble, un simple objet du quotidien ayant une portée purement usuelle et pratique.

Et pourtant, Salvador Dalí n’en étant pas à une contradiction près, c’est en collaborant avec la cristallerie Daum que le peintre espagnole va réinjecter dans sa Vénus aux tiroirs une portée noble et précieuse, par la matière onéreuse qu’est la pâte de cristal. Nouveau retournement de situation donc, mais qui est intéressant et surtout caractéristique du tempérament de Dalí, qui adorait se renouveler sans cesse et provoquer la surprise de ses admirateurs.

DAUM VARIATIONS D'ARTISTES

11/09/2015 > 14/02/2016

Espace Dalí

PARIS

Qui peut rassembler dans une même exposition Arman, Ben, César, Paella Chimicos, Louis Derbré, Etienne, Carlos Mata, Hilton McConnico, J...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE