Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Nouveaux stades : la folie des grandeurs

Agathe Lautréamont 5 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À Tokyo, les Jeux Olympiques de 2020 approchent à grand pas, et pourtant, on tâtonne encore quant à la construction d’un stade qui pourra accueillir les compétitions. Après l’abandon d’un premier projet bien trop onéreux, l’architecte nippon Kengo Kuma vient d’être choisi pour une nouvelle construction. L’occasion d’un petit tour d’horizon des stades qui sortiront bientôt de terre.

Stade olympique de Tokyo, 2020

Stade Tokyo

Le futur stade olympique de Tokyo © DR

À l’origine, c’est un projet pharaonique dessiné par l’architecte Zaha Hadid qui avait été sélectionné pour le nouveau stade olympique de la mégalopole japonaise. Seule (grosse) épine dans le pied de l’idée : son coût, tout aussi faramineux, soit 225 milliards de yen, ce qui équivaut à une somme de 2 milliards d’euros ! De quoi faire grincer des dents la population qui, on le comprend, ne voyait pas d’un œil favorable cette construction qui, si elle se concrétisait, deviendrait le stade le plus cher au monde.

Du coup, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a jugé plus prudent de faire marche-arrière, tout en optant pour un second projet, moins dispendieux, et dessiné par l’architecte du cru Kengo Kuma. Le porte-monnaie national en sera moins dégarni, puisque la construction ne coûtera plus « que » 149 milliards de yens (1,12 milliard d’euros). De quoi soulager quelque peu l’ire locale.

Al-Wakrah Stadium, Qatar, 2022

Doha stadium

Le stade Al-Wakrah © DR

À défaut de ne pas construire un stade à Tokyo, Zaha Hadid peut toujours se consoler avec son autre projet conçu pour la coupe du monde de football de 2022. Et il peut être certain qu’au Qatar, où le sport mais aussi la culture restent un enjeu majeur, on ne rejettera pas son projet pour cause de manque de fonds !

Seul hic : depuis que le petit pays du Golfe a été désigné comme hôte de la compétition mondiale, les accusations pleuvent de toute part, dénonçant d’innombrables morts sur les chantiers de construction (1200 en mai 2015 selon le Washington Post) et des conditions de travail qui n’auraient rien à envier à l’esclavage des temps passés.

Pieter Arena Stadium, Russie, 2018

piter arena st petersburg

Le Pieter Arena de Saint-Pétersbourg © DR

Conçu par le cabinet d’architecte Transstroy, déjà à l’origine de plusieurs constructions majeures en Russie, ce nouveau stade verra le jour pour la coupe du monde de football 2018. Pour le moment, les travaux avancent et la livraison devrait se faire dans les temps. Cependant, l’élévation ne se sera pas hâtée, puisque la première pierre fut posée en 2007 !

Pour les matchs de football, sa capacité sera de 68 000 places, tandis que pendant les concerts, celle-ci sera élevée à 80 000. Une offre qui espère bien satisfaire la ville de Saint-Pétersbourg, qui affiche tout de même 5 millions d’habitants au compteur.

Estadio La Peineta, Espagne, 2016

estadio la peineta

La Peineta, à Madrid © DR

Dans le cas de ce stade madrilène, nous sommes plutôt face à une reconversion. En effet, La Peineta naîtra sur les cendres d’un ancien stade d’athlétisme bâti en 1994. Prévue pour passer de 20 000 à 67 500 places, l’immense construction ouvrira pour 2016.

Initialement, sa rénovation avait été lancée lors de la candidature de la capitale espagnole pour les Jeux Olympiques d’été de 2020. Or, comme on le sait, c’est finalement Tokyo qui rafla la mise. Qu’à cela ne tienne, les modifications sont tout de même maintenues (pour un coût de 290 millions d’euros), et le stade flambant neuf accueillera l’Atlético de Madrid au début de la saison 2016-2017.

Mercedes-Benz Stadium, États-Unis, 2017

mercedes benz stadium

Le Mercedes-Benz Stadium © DR

Un stade, deux footballs ! Actuellement en construction à Atlanta, cette impressionnante construction dont le sommet évoquera la forme d’un moulin à vent, devrait ouvrir ses portes à l’horizon 2017. Il accueillera donc aussi bien des compétitions de football américain que de « soccer », notre football européen.

Construit grâce à un fonds d’1,2 milliard de dollars (environ 1, 13 milliard d’euros), cet immense stade d’une capacité de 70 000 places a été entièrement conçu par le studio HOK, un cabinet américain regroupant architectes, designers et ingénieurs.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE