Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Les ateliers d’artistes devenus musées (épisode 2) : Giverny, atelier et jardin de Claude Monet

Agathe Lautréamont 5 janvier 2016

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Deuxième épisode de notre série sur les ateliers d’artistes devenus musées. Niché dans les plaines creusées par le cours de la Seine en Haute-Normandie, le petit village de Giverny ne se doutait pas qu’à partir de 1883, allait s’y établir le plus célèbre des impressionnistes : Claude Monet.

Giverny 4

© Fondation Claude Monet

Un lieu hors du temps

Ah, Giverny… Ses petites ruelles fleuries, ses maisonnettes qui semblent toujours dans leur jus du XIXe siècle, ses marchands de tableau et… sa file d’attente le long de la Fondation Claude Monet ! Hé oui, depuis l’ouverture de l’ancienne propriété du peintre, en 1980, le succès est sans cesse au rendez-vous, et lors des belles journées d’été, face à l’affluence, il faut souvent s’armer de patience pour pouvoir poser le pied chez Monet.

Mais quelle visite, quel passage dans un autre monde où le bucolique est roi, où l’idyllique est la norme ! Entrée dans la maison de Giverny est une plongée dans le petit univers de l’artiste tel qu’il l’avait rêvé, et tel qu’il s’est employé à le bâtir pendant un peu plus de quarante ans.

giverny 3

© Fondation Claude Monet

Sauver Giverny

Pourtant, tout n’était pas gagné… Quand survient le décès de l’impressionniste en 1926, son fils unique Michel Monet ne se soucie guère de la propriété de Giverny. Lorsqu’il décède à son tour en 1966, il lègue les collections de la maison à l’Académie des Beaux-Arts. Malheureusement, cette dernière ne dispose pas des finances pour entretenir la demeure et ses jardins.

Onze ans plus tard, la tâche de restauration du domaine revient au conservateur Gérald Van der Kemp, qui s’était illustré à Versailles par le passé. Grâce à son action, Giverny retrouve sa splendeur, la Fondation Claude Monet est créée, et les premiers visiteurs peuvent se presser aux portes de la maison de Normandie.

giverny 2

© Fondation Claude Monet

Restauration minutieuse

Grâce à de très nombreuses photographies d’époque ainsi que des témoignages, la maison où vécut Claude Monet pendant quarante-trois ans a été restaurée, et a retrouvé l’atmosphère qu’avait souhaité créer le peintre. Chaque pièce de la maison est dotée d’une couleur unique, qui va la caractériser.

Ainsi, au rez-de-chaussée, le salon de lecture et la cuisine sont décorés dans deux teintes de bleus, tandis que la salle à manger aux meubles en bois ouvragé affiche un vibrant et surprenant jaune, que n’aurait pas renié Van Gogh pour ses tournesols. À l’étage, les appartements privés du peintre sont meublés comme à l’époque, les affaires personnelles sont bien rangées, prêtes à l’emploi.

On pourrait penser que l’habitant vient de s’éclipser pour une promenade. Le salon-atelier est évidemment un passage obligatoire, grâce à sa grande baie vitrée qui prodiguait à l’artiste toute la lumière qu’il lui fallait pour peindre.

giverny 1

© Fondation Claude Monet

Le succès au rendez-vous

Aujourd’hui, la maison de Claude Monet est le deuxième site touristique le plus visité de Normandie, juste derrière le Mont Saint-Michel. Affichant fièrement 500 000 visiteurs par an qui affluent entre le 1er avril et le 1er novembre à Giverny, la Fondation perpétue la mémoire du peintre, et rend un hommage vibrant à son univers pictural chamarré, aux touches floues et poétiques.

Son jardin est à son image, habillé de mille tons, lui qui aimait tant les couleurs. Lors de son décès, son grand ami Georges Clemenceau aurait refusé catégoriquement que l’on recouvre le corps de Monet d’un linceul noir. Se saisissant des rideaux bariolés de la maison de Giverny, il en recouvrit la dépouille du peintre, déclarant : « Pas de noir pour Monet ! Le noir n’est pas une couleur ! »

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE