Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Palmarès 2015 : nos 10 expos de l’année (en France)

Magali Lesauvage 29 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

L’année 2015, terrible pour notre humanité comme pour le patrimoine, s’achève. Quoi de mieux pour se protéger des horreurs de l’actualité et se ressourcer qu’une visite au musée, comme on le rappelle joliment ici ? Ces expositions-là nous ont fait du bien. Palmarès sans vainqueur et totalement subjectif des moments préférés de la rédaction.

• Velázquez au Grand Palais

velas-venus-T

Diego Velázquez, La Vénus au miroir, 1647-1651, Londres, National Gallery.

Ce fut l’événement de ce début d’année 2015. Avec en guest star la Vénus au miroir de Londres, mais sans les Ménines de Madrid, l’exposition du Grand Palais aura permis au public parisien d’approcher de près la technique somptueuse du grand maître espagnol, « peintre des peintres » selon Manet. Une occasion unique qu’il ne fallait pas louper – malgré les quelques manques de l’expo et des choix d’accrochage (notamment ceux consacrés aux émules du peintre) dispensables.

Déboutonner la mode aux Arts décoratifs

bouton

François Hugo, boutons, années 1940 © Les Arts Décoratifs/Patrick Gries.

Autre temps fort du printemps 2015, Déboutonner la mode aux Arts décoratifs aura démontré l’intérêt de traiter d’un sujet insolite dès lors qu’il est connu à fond et traité de manière totale. Les boutons – petits, gros, symboliques, décoratifs, utiles, anecdotiques – sont la ponctuation d’un vêtement. Les merveilleuses collections du musée, du XVIIIe siècle à nos jours, l’ont démontré brillamment.

Mannequin au musée Bourdelle

mannequins-d_artistes_0377_59_0_0

Vue de l’exposition © Pierre Antoine.

Décidément, la mode a fait le printemps cette année. Pour preuve l’expo Mannequin d’artiste, mannequin fétiche au musée Bourdelle qui rouvrit pour l’occasion après plusieurs mois de travaux. Du mannequin de mode au mannequin d’artiste en passant par la poupée, l’événement brossa large. Une expo saisissante jusqu’à l’effroi, ultra documentée et savamment mise en scène. Oh la belle surprise !

Fantastique ! au Petit Palais

Fantastique

Goya et Kuniyoshi, le face-à-face.

Conçue en deux volets, Fantastique ! renouvelle notre intérêt pour la programmation du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la ville de Paris. Il n’était pourtant pas forcément évident de faire d’une expo sur l’estampe un blockbuster, mais voilà : additionnez découverte d’un génie (Kuniyoshi, artiste japonais du XIXe siècle injustement méconnu en France) + collection d’insignes chefs-d’œuvre (celle de la BnF) + thématique prompte à fasciner un large public (le « fantastique », donc), et vous obtenez l’expo quasi parfaite. À découvrir encore jusqu’au 17 janvier 2016.

Georgia O’Keeffe et ses amis photographes au musée de Grenoble

okeeffe

Imogen Cunningham, Magnolia Blossom, vers 1925 ; Georgia O’Keeffe, Iris Blanc, 1930, Santa Fe, Georgia O’Keeffe Museum.

Pour la première exposition entièrement consacrée à Georgia O’Keeffe en France, le musée de Grenoble a décidé de présenter, au côté des tableaux de l’artiste, le travail des photographes qu’elle a inspirés et dont elle s’est inspirée. Une véritable expérience visuelle au cœur de l’œuvre de celle qui est toujours considérée comme l’un des piliers de l’art moderne américain. A voir jusqu’au 7 février (en attendant la grande rétrospective O’Keeffe à la Tate Modern pour l’été 2016).

Sepik au Quai Branly

sepik

Crâne surmodelé, fleuve Sepik.

C’est l’expo ethnographique de l’année. Le musée du Quai Branly nous régale jusqu’au 31 janvier 2016 avec une sélection d’objets provenant des rives du fleuve Sepik, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Où la métamorphose est au cœur de la création et donne aux formes, jamais tout à fait les mêmes, une transcendance qui fait passer directement du monde animal à celui des esprits. Fascinant.

• Lyon Renaissance au musée des Beaux-Arts de Lyon

lyon

Tête d’ange, fragment de vitrail provenant de la cathédrale de Lyon, Archives départementales du Rhône.

Livrer un panorama le plus complet possible du foisonnement intellectuel et créatif qu’a connu la ville de Lyon entre 1450 et 1600 ? Tâche délicate… Mais c’est un pari pourtant réussi pour le musée des Beaux-Arts. Peinture, sculpture, arts décoratifs : un parcours riche, traitant avec précision des bouleversements politiques et religieux secouant la France de la Renaissance, permet de prendre la pleine mesure d’une période mêlant bouillonnement culturel et hésitations géopolitiques. Une exposition à voir jusqu’au 25 janvier 2016.

Dust au BAL

dust_breeding

Man Ray, Elevage de poussière, 1920.

Vous l’avez plébiscitée sur Exponaute, nous l’avons adorée. L’exposition Dust au BAL (jusqu’au 17 janvier 2016) démontre encore une fois l’exigence de qualité de ce lieu consacré à l’image, devenu indispensable dans le paysage culturel parisien. Dust raconte en quelques séquences, à partir d’une photographie de poussière de Man Ray, la fragilité des images et le statut ambigu de la photographie, montreuse d’invisible. Vertigineux.

Cosa Mentale au Centre Pompidou-Metz

IMG_7127

Vue de l’exposition Cosa Mentale avec la Tache rouge de Kandinsky, Centre Pompidou-Metz, 2015.

Coïncidence : en même temps qu’apparaissent les prémisses de l’avant-garde, à l’aube du XXe siècle, les sociétés occidentales se passionnent pour une nouvelle « science », la télépathie. Là où coïncident l’imaginaire des artistes et celui de la dématérialisation des communications, c’est tout le sujet de cette passionnante expo (à voir jusqu’au 28 mars 2016) qui réunit Rodin, Kandinsky, Kupka, Fabrice Hyber mais aussi nombre d’artistes inconnus. Réjouissant !

I ♥ John Giorno au Palais de Tokyo

giorno

Vue de l’exposition, Palais de Tokyo © André Morin.

Une déclaration d’amour en forme d’exposition, on n’avait jamais vu cela. Et voilà, c’est ce que nous offrent, en guise de baume à une fin d’année bien douloureuse, le Palais de Tokyo et l’artiste Ugo Rondinone, qui rendent hommage à un grand monsieur de l’underground de ce dernier demi-siècle, John Giorno. Le poète, performeur, peintre est célébré en archives, films, toiles et sons sur plusieurs milliers de mètres carrés <3

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE