Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Made in Algeria : l’Algérie sous un autre jour en janvier au MUCEM

Jéremy Billault 22 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Représenter l’Algérie comme on ne l’a jamais vue. C’est le pari audacieux que s’est lancé le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditéranée (Mucem) qui accueillera du 20 janvier au 2 mai 2016 l’exposition Made In Algeria, Généalogie d’un territoire. Des tableaux, des dessins, des photos, mais surtout des cartes dans un ensemble réuni pour évoquer la représentation du territoire algérien par un regard et une politique extérieurs.

MADE IN ALGERIA 1

Peintres, scientifiques, chercheurs et cartographes, tous ont, ensemble, participé à une oeuvre commune : l’imaginaire du territoire algérien. Dans l’invasion progressive des troupes françaises au cœur d’un territoire inconnu, les artisans de l’image forgent, à partir des normes de leur pays, une identité additionnelle, celles que l’on a essayé, en vain, d’imposer à l’Algérie. L’exposition défilera au rythme de l’avancée des artistes et cartographes en Algérie, dans un ordre chronologique donc, qui développe précisément la façon dont les français ont peu à peu découvert et pris possession d’un territoire paradoxalement peu exploré (par rapport à l’Amérique, mieux connue malgré la distance).

Plus qu’une appropriation, plus qu’une colonisation, il s’agit là d’une fabrication systématique : on définit les espaces, les frontières, on leur donne un nom, on s’y installe, tout est créé en partant du principe qu’il n’y avait rien. Les cartes, les espaces vides, blancs, aux allures de désert, se remplissent petit à petit comme si, avant, il n’y avait rien ni personne.
MADE IN ALGERIA 2

En 1830, les Français débarquent à Sidi Ferruch, uniquement intéressés par le littorale et connaissent peu le reste du territoire. S’ensuit la conquête d’Alger, et, progressivement, au fur et à mesure de l’avancée de l’Armée d’Afrique (terme utilisé pour désigner l’armée française en Algérie), celle du territoire algérien et la création d’une imagerie, d’une cartographie, bref, d’une vision nouvelle d’un endroit inconnu. On renomme les lieux, on définit des frontières pour finalement créer une annexe, une expansion de la France elle-même.

MADE IN ALGERIA 3

Divisée en quatre parties, l’exposition couvrira l’ensemble de la présence française en Algérie, de ses débuts pendant la Renaissance ( l’époque où le territoire était appelé :«la Barbarie»), à certaines œuvres d’art contemporain algérien en passant, surtout, par cette invasion française et la colonisation fulgurante du XIXème siècle. Pour la première fois, l’Algérie sera présentée sous un autre jour : celui d’une identité forgée pendant plus d’un siècle par l’autre, dans un processus d’appropriation et d’assimilation qui n’a jamais abouti : celui d’une Algérie contemporaine qu’il faut comprendre par rapport à son histoire profonde sans la réduire à une guerre dont on semble ne pas pouvoir la dissocier.

Images : © MUCEM

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE