Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Poe, Grimm, Stevenson… Les visions de Lorenzo Mattotti

Agathe Lautréamont 18 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cela fait 40 ans que Lorenzo Mattotti dessine des symphonies esthétiques, ode au pouvoir de la couleur. Amoureux de Belles-Lettres, l’italien se place dans la continuité des artistes du passé puisqu’à leur image, il prête ses crayons aux grandes œuvres de la littérature. Attardons-nous sur cette facette de son travail, présentée dans une belle exposition du Fonds Leclerc pour la Culture.

série raven

The Raven, 2009 © Lorenzo Mattotti

Illustrer les plus grands

Qu’il illustre les romanciers de l’époque moderne (Mark Twain) ou du XIVe siècle (Dante Alighieri), on croirait que les couleurs de ses crayons sont animées d’une volonté propre, avant de se déverser sur le papier, en un ballet coloré aux multiples influences, rappelant çà les impressionnistes, là Francis Bacon. Peintre de la rondeur et des formes gourmandes, pleines, Mattotti est aussi capable d’user de la ligne la plus pure lorsqu’il est question de rendre compte des poèmes d’Edgar Allan Poe.

Jeux de double, miroirs, pièces exiguës… Poe s’amusait avec nos sens, notre appréhension de l’espace et de la vérité. Mattotti rend avec des touches délicates et des traits a contrario très marqués le lyrisme parfois délétère, toujours sibyllin de Poe. Comme des rayons de lumière qui seraient passés à travers le prisme de sa palette, le pinceau de Lorenzo Mattotti darde des flèches de teintes bigarrées, pour un tour de manège sombre et onirique à la fois, où le talent de l’illustrateur se conjugue à la perfection avec les visions puissantes du poète américain.

jekyll

Dr. Jekyll & Mr. Hyde, 2002 © Lorenzo Mattotti

Dr. Mattotti et Mr. Hyde

En choisissant d’illustrer le chef d’œuvre de Robert Louis Stevenson, Mattotti n’a pas souhaité une complète fidélité aux mots de l’anglais, préférant extraire du roman fantastique le propos substantifique, les thématiques délétères et les regards sans concession de l’écrivain sur l’âme humaine. Des thématiques qui peuvent se transposer à toutes les époques, sous tous les régimes politiques. C’est ainsi que du Londres agité par la Révolution Industrielle, on passe à la République de Weimar. Au cœur de certaines planches sur lesquelles les crayons de l’artiste italien brossent des portraits anonymes, roides et imposants, on se sent transporté vers le chef d’œuvre de Fritz Lang : M le Maudit, la couleur en plus.

Volontairement, l’illustrateur laisse les visages dans le flou, en appelant à la seule force de notre imagination, qui se trouve stimulée par les villes imaginaires où évolue Jekyll, dans un labyrinthe d’immeubles animé de furieuses taches de couleurs, métaphore de l’âme inextricable du héros damné de Stevenson.

Dans les pas de Grimm

Hansel et Gretel, 2009 © Lorenzo Mattotti

Si Mattotti porte aux nues la couleur, il est capable aussi de se glisser dans l’univers du noir et blanc, et avec brio ! En attachant son art aux pas de Hansel et Gretel, l’artiste restitue l’atmosphère fantastique du conte pour enfant, où chaque coup de pinceau figure une frondaison de cette forêt dédaléenne, qui se referme comme un piège sur les deux héros, et restitue une atmosphère oppressante dans laquelle les enfants courent, courent, en direction du point de lumière central de l’œuvre, qui guide autant notre regard que celui des petits protagonistes.

Les toiles sont emplies de traits, de branches, de formes humaines, et à la manière des deux frères et sœurs du conte, on entre à notre tour dans la forêt inventée par Grimm, tandis qu’au fil de la découverte de la série d’illustrations, on s’y perd à notre tour. Les dessins sont haletants, et on se surprend à chercher la lumière parmi les troncs et les branchages ; tandis que le pinceau de Mattotti nous renvoie à nos rêves et frissons de l’enfance.

LORENZO MATTOTTI

06/12/2015 > 06/03/2015

FONDS HÉLÈNE & ÉDOUARD LECLERC POUR LA CULTURE

LANDERNEAU

Dans une programmation qui va présenter les monographies des grands artistes historiques des 20e et 21e siècles, le Fonds veut s’ouvrir ...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE