Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Londres : Une exposition sur Charlotte Brontë, et un portrait révélé de son frère ?

Agathe Lautréamont 18 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Faisant appel aux dernières technologies scientifiques, la National Portrait Gallery de Londres espère bien découvrir les traits de Patrick Branwell Brontë, frère des célèbres sœurs romancières, cachés sous une rageuse couche de peinture sur le célèbre portrait de famille, à l’occasion d’une exposition consacrée à sa sœur, Charlotte.

The_Brontë_Sisters_by_Patrick_Branwell_Brontë_restored

Patrick Branwell Brontë, La famille Brontë, vers 1834 © National Portrait Gallery

Décidément, le « mystère » entourant la famille Brontë ne cesse de susciter les passions. Tant et si bien qu’à l’occasion d’une exposition fêtant les 200 ans de la naissance de Charlotte Brontë, auteure de Jane Eyre, la National Portrait Gallery espère bien révéler par des analyses scientifiques à quoi ressemblait le visage qui fut esquissé par Patrick Branwell Brontë sur le tableau de famille qu’il réalisa aux alentours de 1834, avant de l’effacer pour ne pas surcharger le tableau.

Cette « découverte » devrait tenir le rôle de point central de cet accrochage à venir, organisé par le musée londonien à compter de février 2016, afin de célébrer les deux siècles de la naissance de Charlotte Brontë (21 avril 1816). Les experts espèrent bien pouvoir révéler précisément le portrait que Patrick Branwell Brontë brossa ainsi de lui-même, mêmes si leurs attentes seront probablement déçues.

On sait en effet que l’écrivain, qui souhaitait initialement embrasser une carrière de peintre, n’alla pas au-delà de l’esquisse, estimant que sa figure surchargeait une toile déjà bien complète avec ses trois sœurs ; il effaça donc sa silhouette sous une large couche de peinture, ce qui valut au tableau le surnom de « Portrait à la colonne ».

self

Patrick Branwell Brontë, Autoportrait, 1840 © Brontë Parsonage Museum

Ce portrait de famille, le seul existant, représente de gauche à droite Anne, Emily Jane et Charlotte Brontë, à une époque où elles n’avaient encore rien publié et vivaient une vie simple de filles de pasteur de campagne. Très célèbre, le tableau est surtout émouvant quand on sait qu’il cristallise les espoirs du seul membre masculin de la fratrie de devenir artiste-peintre. Même si une fois ce dernier aux portes de la Royal School of Arts, il fit demi-tour et ne se présenta jamais au concours d’entrée du prestigieux établissement.

Révéler le visage de Branwell Brontë ? Celui-ci est pourtant déjà connu,  ou tout du moins son profil, grâce à un autoportrait laissé à la postérité par le principal intéressé en 1840. Mais qu’importe, les analyses des chercheurs sont déjà en cours, et on est curieux de découvrir les résultats qu’ils pourront tirer de telles explorations picturales. Au-delà de l’espéré visage de Patrick Branwell, la National Portrait Gallery aimerait également en apprendre davantage sur la toile : analyse des pigments utilisés, esquisses préparatoires, date plus précise de réalisation…

L’occasion aussi de rappeler certains détails quant à la redécouverte de ce tableau, négligemment plié en quatre au-dessus d’une armoire et retrouvé par la seconde femme d’Arthur Bell Nichols, un vicaire qui épousa Charlotte Brontë en 1854.

George Richmond, Charlotte Brontë, 1850 © National Portrait Gallery

George Richmond, Charlotte Brontë, 1850 © National Portrait Gallery

Le réel intérêt de l’exposition résidera très certainement dans les nombreux prêts accordés par le Brontë Parsonage Museum, un musée dédié à la famille Brontë dans les murs du presbytère où les sœurs romancières grandirent, à Haworth, dans le Yorkshire. De nombreuses peintures et dessins seront ainsi confiés à la National Portrait Gallery, en plus de quelques effets personnels (bottes, lettres, gant) ainsi que les très précieux manuscrits de leurs écrits de jeunesse, de petits journaux intimes de la taille d’une boîte d’allumettes (les fameux Juvenilia).

Une belle collection d’objets qui permettra de célébrer la grande romancière qu’était Charlotte Brontë, de mieux connaître ses nombreuses influences littéraires, et ses inspirations.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE