Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Les dessins de Parmigianino dans une exposition inédite au Louvre

Jéremy Billault 18 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’au 15 février 2016, le musée du Louvre présente une exposition consacrée aux dessins de Francesco Mazzola plus connu sous le nom de Parmigianino. Etudes, esquisses, croquis, l’ensemble extrait de la collection du musée présente le portrait intime d’un maniériste dont le dessin restera sans doute le symbole d’un génie parfois méconnu.

sans-titre

Il y a maniérisme et maniérisme. Oui, d’un côté, on parle de maniérisme quand il s’agit de qualifier un mouvement précis de l’Histoire de l’art, celui qui replace la touche du peintre au cœur de l’oeuvre plutôt que l’imitation rigoureuse de la nature. Mais il y a surtout des maniérismes, plusieurs maniérismes. Et celui de Parmigianino en est un exemple significatif. C’est ce que le Louvre nous permet de constater en présentant une soixantaine de dessin (et un tableau, crucial) extraits de sa collection; un ensemble d’études et d’expérimentation dont se dégage un style, une patte et, paradoxalement, un certain aboutissement.

Les dessins les plus remarquables de Parmigianino sont les plus petits, monumentaux par leur précision et par le choc esthétique quasi-instantané qu’ils provoquent dans les regards. Ici, un visage phénoménal, détaillé, là, sur le même dessin, des volutes, des nuages subtiles, presque flous ; la trace d’une main géniale et, par endroit, passagère. Bref, rien ne sert de trop en dire sous peine d’être réducteur, les photos et les reproductions trahissent, le smartphone ne rendra jamais l’essentiel du travail de l’artiste : la vie. De son autoportrait aux études souvent produites avec l’aide de sa mémoire hors du commun, tout est vivant, dans le trait et dans l’émotion, dans les mouvements et dans les visages (parfois sculpturaux, parfois humains au possible).

Parmi les dessins, beaucoup d’études et d’esquisses préparatoires pour des tableaux qui, parfois, ne naîtront jamais. Sur un même croquis, un personnage apparaît plusieurs fois, de face et de profil dans différentes positions. Un corps pèse plus que l’autre, un corps semble physique, l’autre onirique, mystique et,  grâce à l’accrochage subtil du musée, une esquisse plus aboutie nous montre quelle posture le peintre a choisi. Il y a là de la technique pure, de la génétique même, mais aussi une certaine poésie dans la relation immédiate et spontanée qu’entretiennent l’artiste et un public à qui les dessins n’étaient pas destinés.

35251105

L’homme qu’on devine derrière les croquis qui se succèdent et dialogue sans se ressembler, en surprenant sans arrêt, n’est pas loin de la vérité. Pour faire face à la frustration éventuelle qu’on pourrait ressentir à ne pas pouvoir comparer les esquisses aux œuvres abouties,  on a tendance à imaginer que, finalement, elles sont les œuvres abouties. Parmigianino a passé sa vie à expérimenter, à se lancer en permanence dans de nouveaux modèles. En 1539, il est condamné à quelques jours de prison pour n’avoir jamais achevé une fresque pour l’Église Santa Maria della Steccata de Parme. À sa sortie, il est banni de Parme et congédié par la confraternité commanditaire qui lui interdit définitivement de peindre dans la chapelle. À la fin de sa vie (il est mort à 37 ans), Parmigianino décide d’entièrement se consacrer à l’Alchimie, à une autre forme d’expérimentation, à une autre façon d’interagir avec les éléments que lui offre la nature. Il mourra chez lui, asphyxié par la manipulation de produits dangereux (on pense au mercure). Dans l’exposition, un seul tableau se compare à la perfection des dizaines de dessins. Ce tableau, unique, est, logiquement et superbement,  une oeuvre inachevée.

PARMIGIANINO, 1503–1540

17/12/2015 > 15/02/2016

Musée du Louvre

PARIS

De Parme à Casalmaggiore, en passant par Rome et Bologne, l’exposition permet de suivre pas à pas l’évolution fiévreuse de l’une d...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE