Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_4 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Daum & Dalí, quand l’artiste revisite sa « persistance de la Mémoire » pour le verrier

Agathe Lautréamont 15 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On le sait, la collaboration entre le peintre surréaliste le plus célèbre du XXe siècle et la cristallerie séculaire française fut des plus fécondes, puisqu’ils travaillèrent ensemble pendant près de deux décennies ! Attardons-nous sur une œuvre présentée dans l’exposition « Daum, variations d’artistes ».

dali 1© Espace Dalí

 

L’artisanat et l’art surréaliste peuvent-ils se trouver des points de concordance ? L’espace Dalí répond oui, mille fois oui, comme le montre son exposition événement que vous pouvez visiter jusqu’au 14 février 2016. Souvenez-vous… En 1968, la verrerie Daum originaire de Nancy approche Salvador Dalí, alors au faîte de sa gloire. La pâte de cristal était un élément que le peintre, également sculpteur, n’avait encore jamais travaillé ; et cette perspective l’enchanta tout autant que stimula sa créativité. Du côté de Daum, la maison se réjouissait à l’idée de voir s’ajouter à son catalogue des créations uniques, portant la patte du maître surréaliste, qui élargirait son champ des possibles en matière de créativité et de modèles tout en conservant bien sûr, son savoir-faire.

On aurait pu lever un sourcil dubitatif face à cette alliance entre l’extravagance assumée et revendiquée de Salvador Dalí, au moment où elle s’apprêtait à rencontrer la rigueur et la tradition ancestrale d’une riche maison de verrerie veillant farouchement sur son héritage et ses techniques artisanales. Pourtant, le charme a opéré, et bien plus qu’on ne pouvait l’imaginer !

daum dali montre molle© Espace Dalí

 

L’artiste espagnol s’enflamma pour cette toute nouvelle matière à travailler, comprendre, modeler à sa guise. Souple lorsqu’elle n’a pas encore été exposée au feu, pouvant être teintée dans toutes les couleurs, et rigide une fois cuite, la pâte de verre fascina Dalí, et brossa dans le sens du poil son imagination débridée, donnant naissance à des œuvres bien sûr inédites, mais aussi à quelques revisites de ses propres travaux.

Comme le soulignait l’artiste lui-même : « La pâte de verre est un matériau Dalínien. Je l’ai donc utilisée pour réaliser ces chefs-d’œuvre ; je suis enchanté de cette nouvelle matière, qui comporte l’élasticité moléculaire d’un escargot et, tout à la fois, la consistance de la gare de Perpignan. »

Sa célèbre montre molle, figure centrale du tableau La persistance de la mémoire, figure en tant que pièce maîtresse de l’exposition « Daum : Variations d’artistes ».

mémoireSalvador Dalí, La Persistance de la mémoire, 1931 © MoMa, New York

 

Si l’on en croit les mots de l’excentrique artiste, il aurait eu l’idée de ces montres coulant comme de la cire chaude au cours d’un dîner, en voyant un riche camembert fondre sur le plateau à fromage. Du Dalí dans le texte, à n’en point douter. Comment trouver une interprétation dans cette vision hallucinée, qui décompose nos conceptions des montres, du métal, de la matière même ? C’est qu’il faut voir cette montre ramollie comme une mise en dérision du temps qui passe inexorablement, du passage irréfragable du temps qui emporte notre jeunesse pour mieux nous amener à la tristesse de la vieillesse. Ces montres molles sont peut-être des personnes âgées prostrées dans des fauteuils, attendant que la journée se passe.

Même si elle est donc faite dans un cristal figé, la montre molle de Dalí se veut élastique, elle se déforme en même temps que les heures s’étirent sans que l’on n’ait la moindre prise sur elles; tandis que nos souvenirs, comme ces montres à gousset aux aiguilles arrêtées, se déforment, se délitent, et deviennent des choses malléables qui muent au long des années, où le temps ne compte plus depuis bien longtemps. Le bleu, couleur des surréalistes par excellence, teinte la réalisation de l’artiste pour la maison Daum, dernier clin d’œil à sa vision de l’art et de la création.

DAUM VARIATIONS D'ARTISTES

11/09/2015 > 14/02/2016

Espace Dalí

PARIS

Qui peut rassembler dans une même exposition Arman, Ben, César, Paella Chimicos, Louis Derbré, Etienne, Carlos Mata, Hilton McConnico, J...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE