Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Orientation ou suppression : les promesses du FN à la culture

Jéremy Billault 11 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A l’approche du deuxième tour des élections régionales, le monde de la culture s’agite. Du côté des candidats comme du côté des artistes et des institutions culturelles, on s’interroge tour à tour pour imaginer à quoi les politiques culturelles des nouvelles grandes régions ressembleront dans les semaines, les mois et les années à venir. A l’issue du premier tour, le score important du Front National  a soulevé un grand nombre d’interrogations et de réactions (lettres ouvertes, pétitions…) face à un éventuel bouleversement en cas de victoire du parti dans une ou plusieurs régions. Voici quelques éléments de réponse.

téléchargementUne exposition à Marseille considérée par Marion Marechal Le Pen comme les « délires d’esprits manifestement dérangés ».

« La culture, on n’en parlait pas au Front national ». Marine Le Pen le reconnait aisément, la culture n’a jamais fait partie des enjeux majeurs du Front National. Pour y remédier, la présidente du parti, appuyée par Gilbert Collard, a décidé de lancer le Clic (le collectif Culture, libertés et création) pour proposer une alternative à ce qu’elle considère comme « la pensée unique et l’artistiquement correct » et « l’insécurité culturelle », en prenant la défense « de l’identité culturelle et du patrimoine français». Fort de ses quelques mois de réflexion, le Front National a donc proposé des mesures culturelles (pas toujours applicables) pour leurs éventuelles régions.

Clic et FRAC

Pour marquer le coup face à un milieu de la culture qui s’était habitué à vivre sans son parti, Marine Le Pen a fait le premier pas : dans une lettre ouverte à l’attention des artistes, elle propose, notamment, la création de pépinières pour artistes locaux intégralement financées par les régions (de la matière première à la diffusion de l’oeuvre en passant par la résidence et la location du Grand Palais pour une éventuelle exposition). Cette lettre s’attaque surtout au fonctionnement des Fonds Régionaux d’Art Contemporain dont les bénéficiaires seront exclusivement des artistes locaux qui devront travailler autour de leur identité régionale. Côté PACA, les propositions sont similaires : « priorité aux artistes de PACA dans l’action du Fonds régional d’art contemporain (FRAC) et à la création culturelle enracinée, mais aussi le développement du mécénat culturel pour sortir du tout-subvention ».

Ce changement radical de politique de sélection des artistes (en fonction de leur région d’origine, de leur sujet de prédilection et de leur capacité à exprimer « librement » une idée fixe et prédéfinie) ne sera pas totalement réalisable dans les années à venir. Chaque FRAC, dont la mission est de soutenir, diffuser et populariser la création, est financé par la région et par l’Etat pour mettre à bien, sous l’œil des Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) la politique du ministère de la Culture. Avant 2017 et uniquement en cas d’élection à la tête de l’Etat, le véritable pouvoir du FN sur la culture (si elle refuse les directives) consiste à supprimer les subventions autant qu’il le peut. C’est là qu’intervient le développement de la pratique du mécénat, subvention particulière détachée des contraintes et libre en ce qui concerne le sujet qu’il finance, privilégié au « tout-subvention » des différentes collectivités.

tumblr_nys66e5kNk1v0fijlo1_400© Tumblr : Que ma culture demeure 

 

Culture et « bonne orientation »

Quant au rôle des régions au sein des autres structures et établissement culturels, c’est Christophe Boudot, candidat FN pour la région Auvergne-Rhône Alpes (arrivé deuxième avec 25,5% des voix derrières Laurent Wauqiez (LR) et ses 31%) qui, toujours dans une lettre, nous dévoile le programme de son parti. Contacté, comme tous les candidats, par la Coordination Nationale des enseignants et des Ecoles d’Arts (CNEEA), Boudot expose ses projets quant à l’avenir des écoles d’arts et plus généralement des Etablissements Publics de Coordination Culturelle (EPCC). Ces établissements sont des établissements culturels publics mis en place par une collectivité territoriale en partenariat (facultatif) avec l’Etat. Parmi eux, un grand nombre d’Ecoles supérieures des Beaux-Arts mais aussi, entre autres, le Centquatre, le Centre Pompidou-Metz ou encore le Louvre-Lens.

« Le Front National soutient une politique culturelle du beau, de l’agréable, de l’harmonie, de l’esthétique et de l’enracinement, respectueuse de la nature humaine et des valeurs civilisatrices », explique la lettre. « Pour parler crûment, nous voulons une culture de l’art et non une  cul-ture du  canul’art ». Cette définition de la culture selon le FN devra être appliquée (c’est ce qui ressort de l’ensemble de ses programmes régionaux) sous faute de dire adieu aux subventions. « C’est en fonction de ces critères que nous mènerons notre politique culturelle. De leur respect découlera tout notre soutien : dès lors, nous ne fermerons aucune école d’art et de design et nous serons également favorables à une réévaluation des statuts des EPCC. En cas contraire, nous refuserons notre soutien ».

Mais le candidat va plus loin : « Fidèles au principe de subsidiarité, nous collaborerons avec tous les acteurs des écoles supérieures ayant une bonne orientation, en vue de l’élaboration de statuts adaptés ». La justification de cet art orienté se cache dans une théorie du conflit d’intérêt « des copains et des coquins » qui défavoriserait certains artistes. Le Front National ne s’en cache pas : il fera tout ce qui est en son pouvoir (limité) pour orienter la culture vers une priorité régionale et nationale (une expo sur les migrants ne bénéficierait pas d’un euro selon le communiqué qui accompagnait la lettre de Marine Le Pen) qui, si elle ne créée, ne diffuse pas le bon message, devra se passer de subventions. Ces subventions qui, aujourd’hui, lui permettent de vivre, libre et cosmopolite.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE