Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Olafur Eliasson ajoute une étoile dans le ciel de Stockholm

Agathe Lautréamont 11 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Cette semaine à Stockholm se tient la Nobel Week, ayant pour but de débattre sur les futurs Prix Nobel. À cette occasion, l’artiste danois Olafur Eliasson a réfléchi à une œuvre éphémère qui pourrait éclairer ces discussions sous ses bons auspices…

Your Star, 2015 © Olafur EliassonYour Star, 2015 © Olafur Eliasson

 

Quittant un temps son horloge de glace installée aux pieds du Panthéon de paris, l’hyperactif Eliasson a effectué un petit détour du côté de la Suède, pour montrer une nouvelle œuvre de son cru, et qui ne sera visible que la nuit. Et pour cause ! Intitulée Your star, l’installation consiste en une véritable petite étoile artificielle qui éclaire la capitale suédoise, et s’insère à merveille dans le vaste panorama des constellations naturelles.

Conférence internationale sur le climat oblige, l’œuvre se veut forcément écolo ! Ainsi l’étoile est-elle constituée de dizaine de petites ampoules à LED, regroupées dans une sphère d’aluminium (un peu moins écolo, là) qui fonctionne à l’aide de panneaux solaires (ouf, un sursaut vert) et d’une batterie au lithium (aïe, on retombe dans le terriblement polluant). Grâce à l’hélium (sept fois plus léger que l’air), le ballons s’élève dans le ciel de la ville nordique, tandis que les LED s’illuminent à partir de 22h et brillent jusqu’à 6h du matin.

Your Star, 2015 © Olafur Eliasson 2Your Star, 2015 © Olafur Eliasson

 

En utilisant la symbolique de l’étoile, corps céleste très lointain dont on ne capte en fait qu’une lumière venue du passé, Olafur Eliasson espère aborder une symbolique traitant du poids des temps anciens et de leur possible impact sur notre futur. Quant à la lumière, elle renvoie bien sûr aux génies des personnes récompensées de Prix Nobel, qui brillent de par leurs connaissances et leurs avancées en matière de recherche et de technologie.

Ce n’est cependant pas la première fois que l’artiste danois aborde ces thématiques et ces codes dans ses créations artistiques. Mêlant sensibilité écologique et thème de la lumière, Eliasson avait lancé quelques années auparavant le projet baptisé Little Sun. Le principe ? Créer de petites lampes portatives en forme de fleur dorées, qui permettraient de réduire de 90% les dépenses d’une famille en matière d’éclairage, tout en lui fournissant une lumière de meilleure qualité. Grâce à un système de recharge, il suffisait d’exposer ses « petits soleils » à une source de lumière naturelle pendant 4 heures pour en obtenir 5 d’éclairage.

Olafur Eliasson, Little Sun © MoMaOlafur Eliasson, Little Sun © MoMa

 

En 2003, l’artiste contemporain avait investi la turbine de la Tate Modern de Londres, afin de monter son œuvre The Weather Project. Installation géante, celle-ci consistait en une représentation fantaisiste du ciel et du soleil, tandis qu’une fine brume emplissait l’espace du musée. Au fur et à mesure que la journée s’écoulait, le brouillard épaississait et finissait par se muer en une sorte de formation nuageuse, avant de se dissiper naturellement. Le développement durable et le changement climatique sont donc des fils rouges constant dans le travail d’Eliasson.

Rien de surprenant quand on sait que l’artiste est originaire du Danemark, un pays d’Europe qui s’est toujours montré à la pointe des innovations en matière d’énergies propres et de respect de l’environnement.

Olafur Eliasson, The Weather Project, 2003 © Tate ModernOlafur Eliasson, The Weather Project, 2003 © Tate Modern

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE