Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

L’antiquité égyptienne, orientale et grecque à l’honneur dans une vente à Drouot

Agathe Lautréamont 11 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Que diriez-vous d’un monumental torse de Ramsès II chez vous ? Nous sommes certains qu’il sera du plus bel effet, entre le canapé et la cheminée. Ou peut-être un bronze romain représentant Mercure et Bacchus enfant ? Amateurs d’antiquités tous azimuts, rendez-vous à Drouot à la mi-décembre !

coupeCoupe provenant du complexe funéraire de Djoser © Catalogue Drouot

 

C’est Pierre Bergé & Associés (encore lui !) qui organise cette vente qui, cette fois-ci, va se centrer sur des pièces archéologiques. Deux cent soixante-sept, en tout et pour tout ! Qu’elles viennent d’Orient, du monde gréco-romain ou des sables de l’Égypte, les amateurs de pièces millénaires pourront se délecter lors de l’achat de sculptures, bijoux et autres manuscrits précieux.

À la lecture du catalogue, on pourrait croire certaines pièces tout droit venues de la galerie égyptienne du Louvre, tant elles sont de première importance et portent un poids historique absolument majeur. On notera, par exemple, la présence d’une exceptionnelle coupe à fond plat datant de l’époque Thinite (3e dynastie, c’est-à-dire vers -2691 ou -2625 avant Jésus-Christ !), retrouvée lors de fouilles dans les galeries souterraines de la monumentale pyramide à degrés du pharaon Djoser, à Saqqarah, dans la région de Memphis. Cette pièce est d’autant plus précieuse que, si la pyramide du roi égyptien contenait autour de 40 000 vases de ce type, la très large majorité fut détruite suite à l’effondrement des plafonds des galeries en sous-sol. Cette coupe est donc une rescapée.

orientPhiale achéménide © Catalogue Drouot

 

Du côté de l’Orient, on soulignera également la présence de plusieurs éléments précieux, comme un portrait de femme, des statuettes en tout genre, et quelques pièces d’orfèvrerie comme cette coupe faite en argent, une phiale achéménide (le premier des Empires perses à régner sur une très grande partie du Moyen-Orient) en forme de fleur de lotus, toute en rondeur et en jolies courbes, tandis que son centre reçoit une ornementation en décor de rosette. L’œuvre ciselée est estimée entre 16 000 et 18 000 euros, et datée entre le Ve et le Ive siècle avant J.C.

torseTorse monumental de statue porte-enseigne attribué à Ramsès II © Catalogue Drouot

 

Mais le point d’orgue de cette vente aux enchères reste sans conteste cette sculpture en forme de torse, monumentale, et attribuée selon les experts au pharaon Ramsès II. Probablement exécutée pendant le règne du souverain (de 1279 à 1213 avant Jésus-Christ), la sculpture dessine parfaitement les pectoraux du souverain, ainsi que les muscles de ses bras, vantant ainsi la puissance physique comme la santé vigoureuse de pharaon. Était-elle exposée originellement dans le temple de Memphis ? En tout cas, c’est la seule statue de ce type qui se trouve actuellement sur le marché de l’art, renforçant donc sa valeur, si tant est que son poids historique n’était déjà pas suffisant. Mais pour pouvoir l’exposer à côté du buffet du salon, il vous faudra débourser entre 600 000 et 800 000 euros (estimation issue du catalogue).

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE