Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

De nouvelles recherches allongent la liste des théories sur Stonehenge

Agathe Lautréamont 10 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Publiée dans la très sérieuse revue Antiquity, la théorie d’une équipe de spécialistes de l’University College de Londres relance les débats sur Stonehenge. On aurait en effet retrouvé la carrière d’où les pierres bleues de ce mondialement célèbre site mégalithique auraient été extraites.

Tourists Flock To StonehengeStonehenge © Matt Cardy – Getty-Images

 

S’il est établi aujourd’hui que les menhirs qui composent Stonehenge ont des origines géographiques diverses, quelques interrogations à la vie dure demeuraient encore quant à leur localisation précise. Mais pour ce qui concerne les pierres bleues, situées au centre du cercle formé par Stonehenge, le mystère a probablement été résolu : elles viendraient bien, comme on le soupçonnait depuis quelques temps sans certitude exacte, du Pays de Galles.

Au nord des collines Preseli, dans les affleurements rocheux de Carn Goedog et de Craig Rhos-y-Felin, des cavités creusées dans la pierre correspondant à la taille des monolithes de Stonehenge ont été remarqués. Ont également été mises au jour des pierres semblables à celle du site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982, mais qui pour une raison encore inconnue, ont été abandonnées sur place. Un peu plus loin, une sorte d’aire de chargement a été repérée, d’où les pierres étaient ordonnées et traînées en vue d’une utilisation ultérieure.

New Multimillion-Pound Visitor Centre At Stonehenge OpensStonehenge © Matt Cardy – Getty-Images

 

L’excavation des menhirs des sites de Carn Goedog est datée autour de 3200 avant Jésus-Christ. Problème : l’érection de Stonehenge a, elle, été datée autour de 2900. Trois siècles d’écart, ce n’est pas rien. Mais le professeur Mike Parker Pearson, à l’origine de la découverte, tient son explication : pour situer dans le temps le site archéologique, les chercheurs se sont fondés sur les sarsens, ces énormes menhirs de grès qui composent le cercle extérieur. Or, on sait aujourd’hui que Stonehenge a été construit en plusieurs étapes successives, à des périodes de plusieurs centaines d’années d’écart. Pour lui, les blocs massifs plus récents ont été utilisés pour un autre usage antérieur, avant d’être récupérés pour orner Stonehenge.

Une nouvelle piste donc, encore une, sur les origines de Stonehenge. Du coup, on ne résiste pas au plaisir de vous proposer un petit florilège des théories les plus farfelues qui ont été avancées pour expliquer les origines et surtout la fonction du site archéologique.

1 – Le lieu de culte

C’est la théorie récoltant pour le moment le plus de suffrages, et aussi la plus ancienne, puisque la première évocation de cette idée remonte à 1640. Un érudit anglais, John Aubrey, voit dans Stonehenge une construction menée par des druides celtes dans le but de rendre un culte aux astres, tout en étudiant le lever du soleil. L’alignement des pierres et l’ouverture du cercle qu’elles forment correspondent en effet à la direction du lever de l’astre du jour au moment du solstice d’été.

2 – Un outil de prédiction des phénomènes stellaires

Stonehenge, une boule de cristal datant du Néolithique ? Après tout pourquoi pas ! Des études datant du XXe siècle ont avancé que le site archéologique aurait permis aux peuples de l’âge de fer de prédire des événements comme les équinoxes, les solstices ou les éclipses, à la façon d’un observatoire astronomique. En effet, cette prévision des cycles saisonniers grâce à l’étude du ciel permettait aux populations de mieux planifier l’agriculture, les récoltes et les événements religieux.

Stonehenge © Education Images – Getty Images

 

3 – Un lieu de guérison

Au cours de deux siècles de fouilles, des squelettes ont été exhumés tout autour du site de Stonehenge. Ces restes humains, marqués par des signes de blessures ou de maladies, tendent à indiquer que le site monolithique aurait été perçu à une époque comme un lieu de pèlerinage dans l’espoir d’une guérison (la grotte de Lourdes de l’âge de Fer, en somme). Ces hommes venaient de tous les horizons comme l’Irlande, le Pays de Galles ou le nord de l’Écosse, ce qui renforce l’idée d’un lieu symbolique très fort et prisé.

4 – Un instrument de musique géant

Là on arrive dans le costaud. Des chercheurs sont allés jusqu’à frapper les pierres de Stonehenge avec différents objets de sorte à étudier les sons rendus par les menhirs. Et bien sûr, selon le type de pierre ayant servi à tailler les mégalithes, ceux-ci rendent un son différent ; un bruit presque « musical », en ce qui concerne les pierres bleues. Mélomanes au point de construire un xylophone géant, les druides celtes ?

5 – La théorie des Anciens Astronautes

Rencontre du Troisième Type en 2900 avant Jésus-Christ ! Mais pour cette théorie, il faut plutôt chercher du côté des entrailles obscures d’Internet. Remontant aux années 1960-1970, des théories quelque peu capillotractées avançaient que des extra-terrestres seraient en contact avec l’Humanité depuis des millénaires, influençant les mythes, les religions et… nous ordonnant de bâtir des monuments en leur honneur. Dont Stonehenge, bien sûr.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE