Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Un rare portrait d’Henri VIII d’Angleterre mis en vente chez Sotheby’s

Agathe Lautréamont 3 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une huile sur bois supposément réalisée par l’atelier de Hans Holbein le Jeune et représentant le roi d’Angleterre Henri VIII sera vendue chez Sotheby’s à Londres mercredi 9 décembre. Son estimation : 1 à 1,6 millions d’euros.

henryHans Holbein le Jeune, Henri VIII d’Angleterre, vers 1542

 

Cette œuvre, représentant le tristement célèbre souverain qui inspira Charles Perrault pour son conte La Barbe Bleue, fut très certainement réalisée par l’atelier de l’artiste néerlandais Hans Holbein le Jeune, d’après une œuvre originale du maître qui depuis a été perdue. Replet, les yeux gonflés, engoncé dans un lourd manteau au col d’hermine, Henri VIII semble imposant au sens propre comme au figuré, son regard fixe et direct faisant honneur à son rôle de monarque intraitable.

Une posture ? Sûrement, quand on sait qu’à cette époque, le roi souffrait d’une blessure ulcérée à la jambe qui lui interdisait tout exercice physique. Devenu obèse, il ne lui restait plus qu’environ cinq ans à vivre au moment de la réalisation du portrait.

Ancienne propriété du comte de Warwick, la peinture devrait atteindre le million de livres lors de la vente aux enchères qui se tiendra mercredi 9 décembre sous le marteau de Sotheby’s. Le comte, avide collectionneur d’art, c’était mis en tête de faire de sa propriété de Warwick Castle une véritable galerie d’œuvres célébrant la grandeur passée de la monarchie anglaise. Et quel meilleur symbole pour cela que Henri VIII, qui n’hésita pas à rompre avec Rome en devenant maître de l’Église réformée d’Angleterre en plus du titre de roi. Un roi pourtant diminué sur ce portrait, posant avec sa canne à la main, sans laquelle il ne pouvait plus se déplacer que péniblement.

henry 2Détail du portrait

 

Comme l’indique une note laissée par un restaurateur en 1801, le tableau aurait été acheté au comte par un acquéreur anonyme pour la somme de… un livre sterling. Est-ce là la totalité de la somme ? Cela semble bien peu au regard de l’histoire de cette huile sur bois de chêne. En tout cas, l’investissement a considérablement fructifié pour l’actuel propriétaire de l’œuvre, qui tient à garder l’anonymat.

L’estimation de l’œuvre par Sotheby’s est en effet située entre 800 000 et 1,2 millions de livres sterling (soit 1 à 1,6 millions d’euros). Et ce prix risque fort de grimper dans l’effervescence de la salle des enchères. Autres chefs-d’œuvre proposés à la vente mercredi : une scène d’écluse par Constable (estimation 11 à 16 millions d’euros), une Vierge à l’Enfant de Jan Gossaert (estimée 5,5 à 8 millions d’euros) ou encore un portrait de la reine Henriette Marie par Van Dyck (estimé 2 à 3,5 millions d’euros).

Mais à qui doit-on vraiment reconnaître la paternité de l’œuvre ? En 1835, l’historien de l’art allemand Gustav Waagen croyait dur comme fer que le tableau était bel et bien de Holbein, qui réalisa nombre de portraits du roi Henri VIII et de son entourage (Thomas More, Jeanne Seymour, Anne de Clèves…). Il notait dans la réalisation toutes les caractéristiques du maître hollandais, le détail dans les vêtements, le fond neutre, le trait affirmé…

Mais cette hypothèse est de nos jours abandonnée, les experts préférant se ranger du côté d’une réalisation de la main d’une personne ayant eu un accès direct au tableau, probablement un élève de l’atelier de Holbein. Seule certitude : il fut peint avant le décès de ce dernier, survenu en 1543.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE