Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_3 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

De nouvelles découvertes en Égypte pourraient relancer le tourisme

Agathe Lautréamont 3 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

De nombreux trésors sont-ils encore à découvrir en Égypte ? Les récentes fouilles et investigations technologiques paraissent envoyer des signaux positifs, tandis que du côté du gouvernement, on mise gros sur ces espoirs, dans un pays dont l’économie repose grandement sur le tourisme…

The Pyramids of MenkaureLe plateau de Gizeh © S. Vannini – Getty Image

 

L’Égypte serait-elle en train de vivre un nouvel âge d’or de l’archéologie, similaire à celui connu au début du XXe siècle, qui vit les expéditions se succéder et les découvertes rivaliser de splendeurs (avec comme point d’acmé, l’ouverture de la tombe de Toutânkhamon par Howard Carter en 1922) ? C’est en tout cas ce qui semble se profiler à l’horizon, avec du nouveau du côté des pyramides de Gizeh et de la Vallée des Rois.

Après les premières annonces datant d’août dernier, tous les regards sont tournés vers la fameuse tombe du jeune pharaon mort à dix-neuf ans. En parallèle d’une toute nouvelle exposition des merveilles découvertes dans la tombe du roi-enfant au musée égyptien du Caire (où son masque d’or fraîchement restauré est fièrement montré au public), les dernières annonces archéologiques semblent cependant indiquer qu’Howard Carter serait passé à côté d’un autre secret. Mais comment peut-on lui en vouloir, lui qui en 1922 ne disposait pas de notre technologie actuelle ?

Car les dernières analyses des murs du tombeau de la Vallée des Rois sont formelles : une chambre cachée se trouve bien derrière un des murs. Intacte, restée hermétiquement fermée depuis 1327 avant notre ère, serait-ce là la tombe de la mère de Toutânkhamon, la belle Néfertiti ?

'Tutanchamun - Sein Grab und die Schaetze' Exhibition PreviewLe masque de Toutânkhamon © Hannes Magerstaedt -Getty Images

 

C’est en tout cas l’avis de l’archéologue britannique Nicholas Reeves, et si les suspicions sont confirmées, cette découverte mettrait fin à des décennies de recherches, hypothèses, fausses pistes et espoirs avortés. Car si on pense avoir bien identifié la momie du roi Akhenaton, aucune trace de celle de son épouse Néfertiti, avec laquelle il avait imposé un culte monothéiste autour de la divinité du soleil Aton.

Mais les espoirs ne se limitent pas à ce qui dort depuis des millénaires sous les sables de la Vallée des Rois. L’équipe internationale d’archéologues qui s’est établie au pied des pyramides du plateau de Gizeh a elle aussi des découvertes à faire valoir. Après avoir scanné la plus grande d’entre elles, celle du pharaon Khéops, des « anomalies thermiques » pour le moins surprenantes ont été décelées à l’intérieur de la dernière merveille du monde encore debout.

Et parmi ces anomalies suspectes, certaines d’entre elles pourraient indiquer l’existence de chambres souterraines, dans les profondeurs du sol égyptien, elles aussi encore inexplorées.  De quoi stimuler l’imaginaire des archéologues mais aussi du grand public qui, depuis l’expédition napoléonienne, a toujours manifesté un goût certain pour l’antiquité égyptienne et ses merveilles.

The Bust Of Queen NefertitiLe buste de Néfertiti © Andreas Rentz – Getty Images

 

Des espérances qui arrivent à point nommé pour l’Égypte. Le tourisme est en effet la première ressource en devises du pays, et l’un des plus importants secteurs d’activités, représentant des recettes tournant autour de 6 milliards et demi d’euros. Malheureusement, l’histoire récente du pays est pour le moins mouvementée, du fait des attentats islamistes qui visèrent des sites hautement touristiques en 1997 puis en 2004, à Louxor et dans le Sinaï notamment.

Les terroristes visant expressément cette manne financière pour tenter de mettre l’Égypte à genoux pour mieux chercher à la contrôler par la suite (en 2012, certains salafistes allèrent même jusqu’à demander la destruction des pyramides de Gizeh, jugées païennes…). Et cette technique mortifère porte hélas ses fruits. Entre 2010 et 2012, le tourisme égyptien enregistre une baisse drastique de 11% de sa fréquentation suite aux menaces d’attaques mais aussi du fait de l’instabilité politique du pays résultant du Printemps Arabe.

Africa, Egypt, Cairo, View of MuseumLe Musée du Caire © JTB Photo – Getty Images

 

Ces révolutions dans le monde arabe contribuèrent en effet à mettre un frein aux expéditions archéologiques, tandis que le musée du Caire lui-même subissait des coupes budgétaires drastiques et autres dégradations. On se souvient également du pillage qu’il a subi le 28 janvier 2011, quand 54 antiquités inestimables furent volées. Il faut donc espérer que ces récentes annonces sauront donner un nouvel envol à la fréquentation touristique en Égypte, dont  le patrimoine inestimable vaut tous les détours.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE