Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Spécial COP21 : un monde qui se noie, les photos de Gideon Mendel

Agathe Lautréamont 2 décembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Ce projet photographique trouve son origine en 2007, lorsque Gideon Mendel prend des clichés des inondations ayant eu lieu en l’espace de quelques semaines, en deux points très éloignés du monde : l’Angleterre et l’Inde. Depuis, il centre son travail sur la question du changement climatique, via l’eau et son potentiel destructeur.

Bangkok, Thaïland, 2011 © Gideon MendelBangkok, Thaïland, 2011 © Gideon Mendel

 

Lorsqu’un simple reportage devient une série au long cours… Le photographe londonien d’origine sud-africaine semble fasciné par ces moments où tout bascule, où la nature décide d’un trop plein et se déchaîne, balayant tout sur son passage, habitations et forêt, enfants et animaux ; dans un déferlement de force qui trouve son origine dans l’inconscience humaine à se développer au détriment de notre environnement. Appareil photo en bandoulière, il parcourt la Thaïlande, le Nigéria, l’Allemagne… Et à chaque fois, le même constat tragique et effroyable : des existences ruinées par une indifférence généralisée.


Yorkshire, Angleterre, 2007 © Gideon Mendel
Yorkshire, Angleterre, 2007 © Gideon Mendel

 

Photojournaliste de formation, Mendel réalise moins ici un travail journalistique qu’une œuvre artistiquement engagée : nulle recherche d’exhaustivité dans un monde qui est touché de plein fouet et de toute part par la dégradation de l’environnement, la tâche serait insurmontable. Pour mener à bien son travail, il guette les informations, les bulletins météorologiques et autres pages officielles d’ONG internationales. Mais cette recherche peut se révéler plus ardue que prévue, ces catastrophes (que l’on nomme encore « naturelles ») n’étant pas systématiquement relayées ou couvertes par les journaux.

Sindh, Pakistan, 2010 © Gideon MendelSindh, Pakistan, 2010 © Gideon Mendel

 

Mais lorsqu’il rejoint les lieux sinistrés à temps, il se met à l’œuvre, réalisant des portraits de populations posés, le plus souvent frontaux et en immersion (sans mauvais jeu de mot) dans l’environnement ravagé. Ses modèles, qui peuvent avoir de l’eau jusqu’au cou, regardent le photographe, dans des moments de flottement (ici, non plus, pas de mauvais jeu de mot) où l’homme semble se mesurer aux coulées de boue et aux rivières sorties de leur lit ; tandis qu’ils tournent le dos à leur maison détruite ou leurs champs anéantis.

On ressent dans ces visages fermés ou meurtris, dans ces poses raides ou affaissées par le poids de la catastrophe vécue, une même fragilité, que l’on soit dans un pays développé ou laissé en marge de la marche économique mondiale.

Haïti, 2008 © Gideon MendelHaïti, 2008 © Gideon Mendel

 

Tandis qu’une partie de ses clichés ponctuent d’instants de prise de conscience les rues de la capitale française, une autre part est exposée au sein du musée d’Art Moderne de Paris, dans le cadre du Prix Pictet qui cette année, laissait la part belle à la thématique du réchauffement climatique, COP21 oblige.

Et réfléchir plus librement aux émotions de ces personnes anonymes qui ont tout perdu à cause de quelques degrés de plus ; et songer que si les zones touchées actuellement sont principalement côtières ou tropicales, leur destin sera très certainement le nôtre, peuples privilégiés géographiquement et socialement, si rien n’est fait très rapidement.

En lien avec la COP21, voir notre série d’articles « art et environnement » :

. Le Garden Bridge de Londres, jardin suspendu en eaux troubles

. En Suisse, la première tour intégralement recouverte de plantes

. Alberto Kalach, l’architecte qui veut rendre à Mexico ses lacs d’antan

. Exit, une installation intense et réaliste qui éveille les consciences

. En écho à la COP21, des artistes font germer les arbres de Joseph Beuys

. L’artiste Olafur Eliasson installe 80 tonnes de glace à Paris pour la COP21

. Shepard Fairey sur la Tour Eiffel : le choc des symboles

. Climats artificiels à la Fondation EDF, l’art pour parler changement climatique

. Sterling Ruby expose ses poêles à bois au Musée de la Chasse

 

PRIX PICTET 2015

13/11/2015 > 13/12/2015

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris (MAM)

PARIS

Les images réalisées par les douze photographes de renommée internationale en lice pour la 6e édition du Prix Pictet seront exposées du...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE