Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Contre le terrorisme, l’Italie mise sur la culture

Jéremy Billault 26 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En réaction à la menace terroriste, Matteo Renzi, chef du gouvernement italien, a annoncé un plan de deux milliards d’euros. Ces deux milliards d’euros seront équitablement répartis : un milliard pour la sécurité, un autre milliard pour la culture.

7284516Matteo Renzi au Capitole à Rome © Gregorio Borgia – AP Photo.

 

« Pour chaque euro supplémentaire investi dans la sécurité, il faut un euro de plus investi dans la culture ». Voilà comment Matteo Renzi a annoncé la répartition du budget créé en réaction à la menace terroriste. A Rome, au Capitole, à l’endroit même où a été signé le traité de Rome, l’acte fondateur de la Communauté Européenne, Matteo Renzi prépare une lutte à deux visages : un apport de deux milliards d’euros au budget de 2016 réparti équitablement.

D’un côté, le renforcement nécessaire de la sécurité : 500 millions d’euros seront consacrés aux forces armées italiennes, idem pour la cyber-sécurité. De l’autre, les villes et la culture qui, au même titre que la défense physique, bénéficieront d’un milliard d’euros en 2016.

« Ils imaginent la terreur, nous répondons avec la culture »

Dans ce milliard d’euros prometteur, la moitié sera reversée aux grandes villes italiennes et à leur périphérie. L’autre moitié reviendra à la culture (les Italiens pourront consacrer une part de leurs impôts au financement d’une association culturelle) et, surtout à la jeunesse : des bourses d’études, des subventions pour les associations culturelles et, pour chaque jeune de 18 ans (ils seront 550 000 en 2016), une « carte culture » d’une valeur de 500 euros.

« Ils détruisent les statues, nous nous voulons les casques bleus de la culture. Ils brûlent les livres, nous sommes ceux des bibliothèques. Ils imaginent la terreur, nous répondons avec la culture », a déclaré Matteo Renzi pour justifier cet apport dans le budget de l’an prochain. Dans son discours poignant, le chef du gouvernement italien a pris soin d’éviter tout vocabulaire guerrier ou violent, préférant se concentrer sur un autre type de lutte, axé sur une culture qu’il a toujours défendue, préservée, et dont il a contribué à l’évolution. Dans sa constitution, le pays porte une phrase plus que jamais au goût du jour : « L’Italie répudie la guerre ».

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE