Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Spécial COP21 : en Suisse, la première tour intégralement recouverte de plantes

Jéremy Billault 25 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

En amont de la conférence sur le climat (COP21) organisée à Paris du 30 novembre au 11 décembre, Exponaute vous propose une série consacrée aux projets artistiques et architecturaux liés à l’environnement. Second épisode : en Suisse, la première tour intégralement recouverte de plantes.

En Suisse, le projet d’un architecte italien vient d’être validé pour la construction d’une tour haute de 117 mètres. L’idée ? Recouvrir balcons, toits et terrasses de milliers de plantes, d’arbres et d’arbustes alimentés automatiquement par la pluie.

Elle sera verte toute l’année. La grande tour que s’apprête à construire l’architecte italien Stefano Boeri sera remarquable et remarquée, un monument de verdure à quelques kilomètres de Lausanne, une tour d’appartements et de bureau haute de 117 mètres et entièrement couverte de verdure. Mais pas n’importe quelle verdure : une centaine d’arbres, 6000 arbustes et 18 000 plantes étendus sur 3000 m² qui feront du bâtiment une immense colonne de végétation sempervirente.

 

Le projet de Stefano Boeri vient d’être sélectionné et plébiscité parmi plusieurs autres projets. Pour Claude Daetwyler, président du jury et chef du service d’urbanisme de la ville de Chavannes-près-Renens qui accueillera le bâtiment, le projet est ambitieux mais réaliste : « Cette tour est exceptionnelle tant elle innove dans la façon de vivre en hauteur. Amener de la végétation et de la biodiversité à plus de 100 mètres du sol est extrêmement osé et avant-gardiste, mais ce n’est pas une utopie ». Sur les terrasses, érables, chênes et cèdres (la tour sera nommée La Tour des Cèdres) seront arrosés par la pluie, stockée et distribuée automatiquement, tandis que leurs racines se développeront dans des boites prévues à cet effet. Au total, les promoteurs Bernard Nicod et Avni Orllati comptent investir 200 millions de francs (185 millions d’euros) dans la construction.

Verdure verticale

L’idée d’une tour verte aux airs végétaux surgit, en dehors de Suisse, un peu partout lorsqu’il y a un appel à candidature. A Paris, lorsqu’il s’est agit de rénover 23 sites de la ville, l’architecte Lina Gotmeh a elle aussi imaginé une tour écologique qui, de son côté, serait recouverte de bois et accueillerait une ferme urbaine.

En Asie, des projets parfois moins architecturaux mais tout aussi écologiques ont tendance à surgir dans les rues. A Singapour, on a, par exemple, trouvé récemment un moyen d’urbaniser l’agriculture. A l’aide d’un ensemble de serres verticales (120 panneaux de 9 mètres de haut), design et efficace (5 à 10 fois plus qu’une serre traditionnelle), Singapour produit plus et gagne de la place : les serres sont, elles aussi, arrosées par la pluie récupérée et les plantes sont installées sur un manège qui les expose équitablement à la lumière.

imgtoursingapour

Ah, au fait, pour les curieux : les plantes sempervirentes sont celles qui gardent leur feuilles tout au long de l’année !

En lien avec la COP21, voir notre série d’articles « art et environnement » :

Le Garden Bridge de Londres, jardin suspendu en eaux troubles
Sterling Ruby expose ses poêles à bois au musée de la Chasse
.
 Exit, une installation intense et réaliste qui éveille les consciences
En écho à la COP21, des artistes font germer les arbres de Joseph Beuys
L’artiste Olafur Eliasson installe 80 tonnes de glace à Paris pour la COP21
Shepard Fairey sur la Tour Eiffel : le choc des symboles
Climats artificiels à la Fondation EDF, l’art pour parler changement climatique
Alberto Kalach, l’architecte qui veut rendre à Mexico ses lacs d’antan

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE