Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 KIMONO – AU BONHEUR DES DAMES

22/02/2017 > 22/05/2017

Musée Guimet - PARIS
expo_cercle_3 VALENTIN DE BOULOGNE

22/02/2017 > 22/05/2017

Musée du Louvre - PARIS
expo_cercle_4 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_5 CIRCULATION(S) 2017

21/01/2017 > 05/03/2017

104 (Centquatre) - PARIS

LA NEWSLETTER

Spécial COP21 : « Climats artificiels » à la Fondation EDF, l’art pour parler changement climatique

Agathe Lautréamont 16 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On nous l’aura suffisamment répété : à la fin de l’année 2015 se tiendra la COP 21, grand aréopage de têtes pensantes internationales qui débattront des pistes à explorer dans l’optique de sauver notre petite planète. De nombreux événements culturels se tiennent alors à cette occasion, et la Fondation EDF ne fait pas exception à la règle. Visite d’une exposition métaphorique, qui a l’art d’alarmer sans culpabiliser.

Hicham Berrada, Présages © Fondation EDF.

 

La Fondation EDF a l’habitude depuis 25 ans d’organiser régulièrement des expositions d’art contemporain traitant des thématiques liant l’Homme à son environnement, elle ne pouvait donc pas passer à côté de la tenue à Paris de la COP21, amenée à débattre des enjeux climatiques du XXIe siècle.

Par cette exposition originale mélangeant installations, vidéo, sculpture et photographie, l’espace EDF pose une question simple : l’art peut-il jouer un rôle dans la prise de conscience des populations au sujet des dangers qui nous guettent si rien n’est fait pour maintenir l’élévation de la température du globe en-dessous de deux degrés ? L’espace culturel espère bien que la réponse sera positive, et démontre qu’il a toute foi en le pouvoir de l’art pour poser les bonnes questions et éveiller les consciences.

Tetsuo Kondo, Cloudscape © Fondation EDF.

 

Mais si l’actualité traite majoritairement l’événement international qu’est la COP21 sous l’angle de la politique, l’exposition présentée est délibérément poétique, axant son propos et ses accrochages sur une invitation à la rêverie, à se laisser porter par la vision chimérique et fantasmagorique des divers artistes proposés au fil du parcours.

Ainsi l’artiste Vaughn Bell a-t-il imaginé avec beaucoup de malice et de légèreté des serres miniatures faites de plexiglass, contenant de véritables petits écosystèmes en modèle réduit, suspendus par des filins au plafond. Ces espaces verts en modèle réduit semblent ainsi suspendus dans les airs, tandis que les visiteurs peuvent s’amuser à passer leur tête à l’intérieur des serres, un trou ayant été aménagé dans ces dernières à cet effet.

Vaughn Bell, Village Green © Fondation EDF.

 

Au centre de la Fondation EDF, bien placée en ouverture de l’événement, une installation du créateur japonais Tetsuo Kondo. Celui-ci a imaginé une salle close de verre, où une échelle a été installée permettant de s’élever au-dessus du sol, tandis qu’une machine produit en permanence un nuage d’eau condensée. Arrivé au sommet de son ascension, le visiteur peut littéralement avoir la tête dans les nuages, et se laisser porter par ce nuage blanc qui l’invite tout autant à l’évasion qu’à la réflexion. Car cette œuvre, pierre angulaire du parcours proposé jusqu’au 28 février 2016, renvoie précisément au titre de l’événement : Climats « artificiels ». S’il nous est possible de créer de toutes pièces des nuages, l’avenir de notre planète se trouve-t-il dans la création technologique ? Rien n’est moins sûr…

Que le discours des différents artistes exposés soit pessimiste ou au contraire optimiste, le parcours pousse à l’interrogation les visiteurs, qui se questionnent sur leurs propres actions du quotidien afin de lutter pour la préservation de la planète et la protection des espèces en danger. Le règne animal comme végétal est en effet au cœur de l’installation, qui a le mérite de parler avec finesse et tact d’un thème que l’on traite volontiers sous un prisme alarmiste et culpabilisant. Ici, ni leçon de morale ni sermon, le but étant d’inviter à un voyage sensoriel et empreint de lyrisme, et de laisser le spectateur ressortir de la Fondation EDF des idées plein la tête pour des lendemains meilleurs.

En lien avec la COP21, voir notre série d’articles « art et environnement » :

Le Garden Bridge de Londres, jardin suspendu en eaux troubles
En Suisse, la première tour intégralement recouverte de plantes
Sterling Ruby expose ses poêles à bois au musée de la Chasse
.
 Exit, une installation intense et réaliste qui éveille les consciences
En écho à la COP21, des artistes font germer les arbres de Joseph Beuys
L’artiste Olafur Eliasson installe 80 tonnes de glace à Paris pour la COP21
Shepard Fairey sur la Tour Eiffel : le choc des symboles
Alberto Kalach, l’architecte qui veut rendre à Mexico ses lacs d’antan

CLIMATS ARTIFICIELS

04/10/2015 > 28/02/2016

Espace Fondation EDF

PARIS

Avec une trentaine d’œuvres, d’artistes de tous horizons, le parti pris est simple : proposer une vision métaphorique des enjeux clima...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE