Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

La photographe Valérie Belin couronnée du Prix Pictet

Agathe Lautréamont 13 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le Prix Pictet, remis chaque année par la banque suisse du même nom, a été décerné jeudi dernier à la photographe française Valérie Belin. La cérémonie, qui met en avant des artistes participant au débat sur les questions sociales et environnementales d’aujourd’hui, offre tous les ans une bourse de 100 000 francs suisses (environ 92 500 euros) au gagnant.

belin 2Nature Morte, 2014 © Valérie Belin

 

Le thème imposé aux artistes concourant cette année au prix suisse était « Désordre ». Une thématique correspondant donc idéalement au travail de la photographe française qui, avec sa série intitulée Nature morte réalisée en 2014, proposait d’étranges compositions faites d’objets bon marché du quotidien pour évoquer les vanités et les memento mori de la tradition picturale européenne.

Belin définit son travail comme une analyse sociologique des travers de notre temps. Avec Nature morte, l’artiste explore les effets de notre obsession pour les objets pas chers que l’on peut s’offrir dans la vie de tous les jours. Elle est fascinée par la matière plastique, emblématique de l’usage dépensier et déraisonnable de ce matériau, mais interroge également son côté non-biodégradable, qui tue peu à peu notre planète lorsqu’il est déversé dans la nature.

belin 1Nature Morte, 2014 © Valérie Belin

 

La liste des présélectionnés, qui comptait 700 portfolios différents, a été passée au peigne fin par une équipe d’artistes et experts, pour une plongée incroyable dans l’univers de la création contemporaine, du reportage d’Alixandra Fazzina intitulé Un million de shillings à l’œuvre digitale de Yang Yongliang reprenant les codes de la peinture de la dynastie Song. Une autre sérieuse concurrente aurait pu être une autre française, Sophie Ristelhueber, qui a produit pour l’occasion une œuvre recréant par ordinateur des paysages dévastés par la guerre. Mais les jurés du Prix Pictet ont estimé que les images colorées et volontairement artificielles de Belin correspondaient mieux aux attentes du concours.

David King, expert en changement climatique et membre du jury 2015, estima que Désordre était un thème tout aussi puissant que complexe, ce qui explique pour lui le grand nombre de candidature reçues : le sujet vaste et au cœur de nos préoccupations ne pouvait qu’attirer les prétendants au titre… ce qui ne simplifia pas la tâche des jurés, qui eurent à débattre de longues heures avant d’arrêter leur choix.

Valérie Belin s’ajoute donc à la liste prestigieuse des lauréats du Prix Pictet, comptant entre autres Luc Delahaye, Benoît Aquin ou encore Nadav Kander. À noter que le travail de la gagnante 2015 est exposé jusqu’au 13 décembre au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE