Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Agnès Varda dévoile et raconte Cuba au Centre Pompidou

Jéremy Billault 12 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

A la fin de l’année 1962, quatre ans après l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir, Agnès Varda se rend à Cuba et prend des photos. Deux mille photos pour être plus précis. Pour marquer l’entrée de certains clichés dans la collection permanente du Centre Pompidou, celui-ci présente les photographies de l’artiste ainsi que le documentaire qui a suivi. 

VARDA1Agnès Varda, Cuba, 1963 , Paris, Centre Pompidou.

 

A l’entrée, le portrait d’un Fidel Castro majestueux, colossal. Derrière lui, un jeu de lumière dessine des ailes, des ailes de pierres incrédules, réalistes. Ce portrait, ainsi que plusieurs centaines d’autres photos, a été réalisé fin 1962-début 1963 pendant le séjour cubain d’Agnès Varda.

Quatre ans après la chute du dictateur pro-américain Fulgencio Batista et l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir, Agnès Varda se rend à Cuba comme l’ont fait ou le feront de nombreux intellectuels français (Sartre, Gérard Philippe, Henri Cartier-Bresson). De son voyage, elle rapportera un film et des centaines de photographies, marquées par l’euphorie post-révolutionnaire de la population locale et par le recul de la photographe, toujours dans le vrai, jamais dans l’idéal.

VARDA2Agnès Varda, Cuba, 1963, Paris, Centre Pompidou.

 

Cette année, le Centre Pompidou accueille dans sa collection permanente quelques clichés cubains d’Agnès Varda, exposés en avant-première dans sa (petite mais splendide) galerie photo. Intitulée Varda/Cuba, l’expo présente quelques photographies étonnantes auxquelles vient s’ajouter le film Salut les Cubains, projeté au fond de la pièce.

À son retour en France, Agnès Varda filme ses photos et les anime au rythme de la musique cubaine, de sa propre voix et de celle de Michel Piccoli. Les 38 minutes du film sont diffusées en boucle, servant à la fois d’atmosphère et de documentation autour des photos en question, accrochées au mur.

« Le hasard est mon premier assistant »

IMG_2246Agnès Varda, Cuba, 1963, Paris, Centre Pompidou.

 

Devant la qualité remarquable de son œuvre, Agnès Varda la joue modeste. Des moments, des regards, des situations, de la vie, elle ne revendiquera que la chance, l’opportunité. « Le hasard est mon premier assistant », dira-t-elle avant d’ajouter « ça tout le monde sait le faire » quand on souligne à quel point le premier plan est formidablement indépendant sur certains clichés.

Dans le petit espace de la galerie photo du Centre Pompidou, on passe tranquillement d’un champ de cannes à sucre à une scène de liesse, en passant par un cigare qui dérive sur l’eau et des Cubains danseurs (ou plutôt dansant) lancés dans un cha-cha symbolique et endiablé. Les plus malins trouveront même un autoportrait plutôt subtile, au point que l’artiste même en ignorait l’existence. « Comment ? Mais je n’y suis pas moi… Oooooooh ». Au fond d’une pièce, en arrière plan, un miroir dévoile timidement l’objectif de la photographe qui, sous nos yeux, venait de découvrir un détail mystérieux. On remerciera son assistant.

 Varda/Cuba/Cinéma

A partir du 11 décembre, dans le cadre de l’exposition, les Cinémas du Centre Pompidou proposent 10 rendez-vous en lien avec Agnès Varda. La cinéaste présentera elle-même plusieurs films (les siens et quelques autres) pour évoquer son rapport à la photographie. Jusqu’au 20 décembre seront projetés cinq de ses films (parmi lesquels, évidemment, Salut les Cubains) mais aussi De Cierta Manera, film inédit de la cinéaste cubaine Sara Gómez, Fraise et chocolat, de Tomas Gutierrez Alea ou encore El Otro Cristobal d’Armand Gatti. Autre moment fort, la projection de la série Une minute pour une image, diffusée pour la première fois en intégralité et composée des « albums imaginaires » d’Agnès Varda, d’Henri Cartier-Bresson, de Robert Doisneau, , de Christian Caujolle, Robert Delpire ou de Sarah Moon.

VARDA / CUBA

11/11/2015 > 01/02/2016

Centre Pompidou

PARIS

Fin 1962, Agnès Varda est à Cuba. Cela fait quatre ans que Fidel Castro et son Movimiento 26 de Julio ont renversé le dictateur pro-amér...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE