Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le réaménagement des loges de l’Opéra Garnier fait des remous

Agathe Lautréamont 9 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Un vent de scandale souffle sur les salles rouges et or du Palais Garnier. En cause ? L’abattement de trois cloisons séparant des loges de la salle de spectacle mythique, dans le but de gagner des places pour le public et ainsi augmenter les recettes.

La salle de l’Opéra Garnier © DeAgostini – Getty Images

 

La polémique est partie d’un article du site internet de la revue Connaissance des Arts, qui titrait « Transformation scandaleuse des loges de l’Opéra Garnier ». Celui-ci décrivait les travaux dénaturant les loges datant du XIXe siècle, sans autorisation de la DRAC (direction régionale des affaires culturelles), institution qui veille sur la préservation des monuments historiques de France.

Des rails ont en effet été récemment installés sur trois cloisons de la salle de spectacle du Palais Garnier, rendant ainsi amovibles ces murs et augmentant de fait le nombre de places disponibles dans l’imposante pièce. Le projet est vanté par le directeur adjoint de l’Opéra de Paris, Jean-Philippe Thiellay, estimant que dans un contexte où les subventions versées par l’État baissent considérablement, il est nécessaire de maximiser les recettes apportées par la billetterie de l’opéra. Et ce dernier de déclarer qu’un accord de principe concernant ces modifications avait été passé avec la DRAC. Or, cette dernière a rappelé qu’un accord de principe ne vaut pas nécessairement pour une autorisation des travaux, ce qui implique que l’Opéra a débuté les modifications sans véritable feu vert.

En attendant, les travaux sont encore en cours dans les loges, les rails de suspentes permettant le glissement des cloisons doivent encore être cachés de la vue des spectateurs en étant intégrés dans les plafonds, tandis que des finitions sont attendues pour rendre l’ensemble cohérent et respectueux de la salle séculaire. Mais entre temps, l’opinion publique s’est mise à pousser des cris d’orfraie, et une pétition lancée sur internet a déjà accumulé plus de 6000 signatures.

Mais l’Opéra de Paris se veut rassurant : ajustements, finitions et autres habillages sont prévus dans les travaux, qui devraient rendre ces modifications discrètes, et réversibles, de sorte à ce que les cloisons pensées par Charles Garnier puissent retrouver leurs places en journée, ainsi que les soirs de faible affluence.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE