Disallowed Key Characters.
Magazine » Actualités
Actualités - Comptes-rendus - Voir + clair - Entrer dans l'œuvre - Entretiens - Voir + loin



LA NEWSLETTER

Au musée de l’Ermitage, des chats veillent sur les collections

Agathe Lautréamont 6 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le saviez-vous ? Le plus grand musée du monde en terme de collections (60 000 pièces exposées, pour un fonds de 3 millions d’objets ; en Russie, on ne fait pas dans le succinct) accueille bien sûr un grand nombre de personnel dédié à la conservation des artefacts, et parmi eux… des chats ! Les bêtes à poils étant élevées pour chasser les indésirables rongeurs…

Un chat de l'Ermitage © Tsuruya - Wikimedia

Un chat de l’Ermitage © Tsuruya – Wikimedia

Et les matous sont si nombreux à vivre dans le Musée de l’Ermitage, qu’il existe une « Unité féline », en charge de prendre soin des soixante-dix boules de poils qui évoluent dans les couloirs de l’institution muséale. Irina Popovets, à la tête de cette unité un peu particulière, s’occupe de les soigner, de les câliner (quand elle en a le temps) et de les nourrir.

Un travail de longue haleine, lorsque plusieurs dizaines de chats se précipitent à ses pieds pour réclamer attention ou croquettes. Elle avoue même que certains sont âgés ou malades, puisqu’il n’est pas rare que des visiteurs souhaitant se débarrasser de leur animal de compagnie abandonnent discrètement le félin au cœur du musée, avant de filer en douce.

Extrait du reportage Museum Secrets sur les chats de l'Ermitage 3

Extrait du reportage Museum Secrets sur les chats de l’Ermitage

Mais il faut au moins cette armée de moustaches et de griffes pour pouvoir veiller sur la vingtaine de kilomètres de caves que compte le musée situé en plein cœur de Saint-Pétersbourg. Des réseaux souterrains qui sont évidemment la proie des rats et des souris qui, par leurs grignotages et leurs déjections, peuvent gravement endommager les collections de l’institution muséale séculaire.

C’est sous le règne de Catherine II de Russie (1762-1796) que des félins, surnommés « les chats du Palais d’Hiver » ont été introduits dans les dédales de l’Ermitage. Depuis, ils ont été victimes des divers révolutions et famines qui ont secoué l’histoire de la Russie, mais ils furent toujours réintroduits pour le bien des riches collections. Aujourd’hui, s’ils n’ont pas accès aux salles d’expositions, ils vivent cependant librement dans les caves et espaces réservés au personnel du musée. Leur présence en grand nombre décourage les rongeurs dévastateurs de venir s’installer eux aussi dans l’Ermitage.

Extrait du reportage Museum Secrets sur les chats de l'Ermitage 2

Extrait du reportage Museum Secrets sur les chats de l’Ermitage

Aussi populaires en Russie que le musée lui-même, les matous sont l’objet chaque printemps d’une « fête des Chats » au musée, où une exposition d’œuvres mettant en scène des félins est organisée, tandis que le public a la possibilité de visiter les espaces de vie des boules de poils. En plus de la vente de souvenirs les mettant en scène dans la boutique du musée, cette fête annuelle permet à l’institution de récolter des fonds pour prendre soin des bêtes. En effet, les frais de vétérinaire ne figurent pas au budget du musée ; l’argent nécessaire à leur bien être provient donc presque exclusivement des dons des visiteurs et des employés. Un site internet est également dédié aux pensionnaires à moustaches du musée, les proposant à l’adoption.

Et si vous voulez encore plus de ronronnements et de pattes de velours, vous pouvez visionner le reportage Museum Secrets :

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE