Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

À la recherche d’un héritier pour la photographe Vivian Maier

Agathe Lautréamont 5 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Français ? Américain ? On est toujours à la recherche  de l’héritier de cette formidable photographe de rue décédée en 2009, et qui laisse derrière elle une œuvre de 160 000 négatifs. En attendant, le statu quo est maintenu quant à l’exploitation et la diffusion de ses clichés, pris au hasard de ses promenades en France et aux États-Unis.

Capture d'écran de la bande-annonce du film Finding Vivian Maier

L’histoire est digne d’un roman, tandis que son nom est devenu légendaire. Vivian Maier aura passé toute son existence à photographier ce qu’elle voyait autour d’elle, tandis qu’elle vivait dans un tranquille anonymat son existence de gouvernante auprès de jeunes enfants à New York puis Chicago, où elle disparaît à l’âge de 83 ans.

En 2007, un agent immobilier de vingt-cinq ans, John Maloof, acheta pour 400 dollars un gros lot de négatifs, alors qu’il travaillait à un ouvrage sur la photographie. Il ne sait pas encore qu’il vient de mettre la main sur un véritable trésor. En 2010, un second lot de pellicules est acquis par Jeffrey Goldstein, un collectionneur d’art qui avait su pressentir que les images de l’anonyme Maier allaient devenir légendaires.

Diffuser une œuvre

Capture d'écran de la bande-annonce du film Finding Vivian Maier 4

Depuis, les deux hommes travaillent à la préservation de l’œuvre de Vivian Maier, qui compte également des films et des enregistrements audio. Tous deux ont activement recherché un éventuel descendant de la mystérieuse photographe de rue, tandis qu’ils tachaient de diffuser son œuvre en créant des sites internet et en publiant des livres.

En 2013, la sortie sur les écrans du documentaire Finding Vivian Maier (À la recherche de Vivian Maier) entérine la reconnaissance de l’artiste auprès du grand public, qui se prend alors de passion pour cette histoire rocambolesque.

Mais qu’en est-il de l’éventuel héritier qui pourrait faire valoir ses droits sur cet incroyable fonds ? Les recherches sont pour le moment au point mort, même si Maloof et Goldstein pensaient avoir enfin retrouvé un membre de la famille en 2014. L’affaire est désormais entre les mains du Tribunal des successions et des tutelles du Comté de Cook, dans l’Etat de l’Illinois. Si dans les six ans à venir, un successeur ne s’est pas manifesté, le Comté pourrait recevoir les droits de la succession en déshérence.

Gérer un vaste héritage

Capture d'écran de la bande-annonce du film Finding Vivian Maier 2

Pour le moment, c’est l’administrateur de la succession, désigné par le tribunal américain, qui est en charge de la gestion du copyright attaché à l’œuvre, et ce depuis le 1er juillet 2014. Ce droit l’amène ainsi à s’opposer à toute utilisation non autorisée. Une juridiction qui pourrait se retourner contre Maloof et Goldstein eux-mêmes, qui ont organisé des expositions et publié des ouvrages au sujet de la photographe américaine.

En effet, comme le souligne le Journal des Arts à ce sujet, la qualité de propriétaire du support d’une œuvre ne prévaut pas sur celle de propriétaire des droits d’auteurs qui y sont rattachés. De fait, Goldstein et Maloof ont donc exploité les négatifs de Maier sans que cette dernière (ou ses éventuels héritiers) n’ai(en)t donné un quelconque accord. La bataille juridique promet d’être longue, maintenant que les milliers de pellicules laissées par Maier à sa mort valent de l’or.

Une photographe talentueuse

Capture d'écran de la bande-annonce du film Finding Vivian Maier 3

Au-delà des terre-à-terre histoires de gros sous et de droits, il convient de saluer le travail de Vivian Maier, disparue injustement dans l’anonymat et dans une grande pauvreté, alors qu’elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plus grandes photographes de rue du XXe siècle, sur le même piédestal que Doisneau, Helen Levitt ou Lisette Model.

Photographe de l’instant, des marginaux et de l’amitié entre les populations en un temps où la ségrégation raciale était la norme aux Etats-Unis, Maier est une artiste douée d’un œil d’une grande acuité. Elle apprécie le sourire des gamins de rue, l’air guindé des bourgeoises empêtrées dans leurs fourrures, et le paysage froid des immeubles s’élevant dans le ciel de Chicago. Comme les plus grands, elle sait figer l’instant décisif.

Attentive au cadrage, n’abusant pas du flou de bougé, elle saisit les reflets heureux dans les vitres des magasins ou des jambes élégantes montées sur escarpins. Photographiant aussi bien la haute société que les sans-abris, Vivian Maier s’avère un exceptionnel témoin de son temps, saisissant la vie fulgurante et bouillonnante de la rue. Un espace libre et public où des milliers de saynètes se jouent chaque jour, entamant ainsi une démarche profondément humaniste tout en portant un jugement certain sur les failles et les faiblesses des sociétés de la seconde moitié du XXe siècle.

Toutes images © Vivian Maier, extraits de la bande-annonce du film Finding Vivian Maier de John Maloof et Charlie Siskel, 2013.

Découvrez la bande-annonce du film, d’où sont extraites les photos de l’article :

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE