Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

Monumenta 2016 : Huang Yong Ping investit la nef du Grand Palais

Agathe Lautréamont 2 novembre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Qui pour succéder à des artistes comme Anish Kapoor, Daniel Buren ou Anselm Kiefer ? C’est à l’artiste contemporain chinois Huang Yong Ping que le projet Monumenta 2016 a été finalement confié. Sa mission ? Créer une œuvre qui viendra décorer l’imposante verrière du Grand Palais.
Huang Yong Ping, Two Typhoons © Kamel Mennour

Huang Yong Ping, Two Typhoons © Kamel Mennour

Décorer une verrière de 13 500 m² et 35 mètres de hauteur ? Même pas peur ! Pour l’artiste d’origine chinoise installé en France depuis 1989, Monumenta est une nouvelle occasion de se frotter à des projets d’envergure qui contribuent sensiblement à son rayonnement international. Que va-t-il inventer à cette occasion ? Grandiose, l’installation se constituera d’une architecture de différentes couleurs, qui comptera huit « îlots » surmontés d’une structure métallique dont l’ombre portée se mêlera subtilement à celle projetée par la verrière du Grand Palais.

Huang Yong Ping, Reptiles © Kamel Mennour

Huang Yong Ping, Reptiles © Kamel Mennour

Pour admirer l’œuvre, les visiteurs seront invités à prendre du recul, seul moyen de saisir toute la mesure de cette création qui se voudra immersive. Ainsi, en se plaçant dans la grande allée centrale, le regard du spectateur peut embrasser l’ensemble de l’installation qui se couplera à merveille avec la grande verrière à laquelle l’artiste a décidé de se confronter. Car le Grand Palais, construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, est un symbole de l’industrialisation de la société occidentale et Huang Yong Ping est un artiste qui s’est toujours intéressé, via la création d’œuvres symboliques, au monde économique actuel. Les énergies, les substances, les vapeurs qui ornent les peintures traditionnelles chinoises ou celles qui s’échappent des cheminées de la Révolution Industrielle peuvent parfaitement entrer en résonnance et l’artiste chinois compte bien le prouver.

L’œuvre monumentale offrira une réflexion sur les changements du XXIe siècle, l’ascension inattendue de certaines régions géographiques, le déclin d’anciens empires économiques et culturels, et les violences inhérentes à toutes les ambitions politiques et financières causées par la folie humaine. Pessimiste, Huang Yong Ping ? Bien au contraire. Illustrer par l’art les travers de notre monde permet de réfléchir à ces sujets, et d’inspirer les jeunes générations à dessiner un futur peut-être meilleur…

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE