Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le jeu vidéo a-t-il sa place au musée ?

Jéremy Billault 29 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le musée Art Ludique, à Paris, accueille l’exposition L’Art dans le jeu vidéo : l’inspiration française. Une grande première pour une pratique  qui cherche encore sa place parmi  les autres arts.

art-tt-width-604-height-403-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000Dessin préparatoire au développement d’Assassin’s Creed Revelations © Ubisoft.

 

La question semble vaste, les avis divergent : quand il s’agit de passer au choses sérieuses, le jeu vidéo est mis de côté. En matière d’art, difficile d’affirmer qu’il mérite la dixième place de la classification des arts, place fantôme à la fois inoccupée et occupée à juste titre par tout le monde (de la parfumerie à la gastronomie en passant par l’humour et le tatouage).

Pourtant, depuis quelques années, certains musées lui laissent de la place : on lui consacre des expositions (on se souvient de la phénoménale Game Story en 2011 au Grand Palais), un espace fixe (comme le fait le MoMA de New York depuis 2012) et parfois même tout un musée. À Paris, c’est la toute récente Cité de la Mode et du Design qui apporte avec elle, en 2013, un musée subtilement baptisé « Art ludique ». Après plusieurs expositions plutôt orientées cinéma, le musée aborde enfin le sujet : le jeu vidéo.

No bug, no glitch

L’art dans le jeu vidéo, on y est presque, mais pas tout à fait. Présentée comme une expérience contemplative (on ne joue pas, on ne teste pas, on admire), l’expo déploie des dessins, numériques ou non, de la musique, quelques sculptures et une installation pour défendre une idée : il y a de l’art dans le jeu vidéo. On aurait préféré « le jeu vidéo est un art »…

Si, en elle-même, l’exposition n’est pas extrêmement riche en terme de sujets (beaucoup d’Assassin’s Creed mais le jeu convient à merveille au sujet), elle permet de découvrir l’envers du décor, certains secrets de fabrication et, surtout, de remarquer à quel point les différentes étapes de ce type de création ont une véritable valeur esthétique. Dans ce cas précis, le jeu vidéo trouve sa place au musée.

L’expo est une ode à la création vidéoludique présentée comme une expo classique, avec ses thématiques, son accrochage bien pensé et ses curiosités. Mais il faudrait pousser plus loin la réflexion, notamment pour attirer un autre public que celui des gamers et les conduire à fréquenter naturellement d’autres musées.

Dessin préparatoire au développement d’Assassin’s Creed Unity © Ubisoft.

Art total ?

L’art dans le jeu vidéo attache son support à la notion fragile d’art total (pour Wagner c’était l’opéra). On comprend aisément pourquoi : musique, scénario, dessin, peinture (numérique certes mais peinture quand même), comédie, sculpture, tout y est. Pourtant, ce postulat semble réducteur pour l’art comme pour le jeu vidéo. En défragmentant l’art ludique, on renie le potentiel artistique du jeu vidéo, son identité propre qui ferait de l’expérience vidéoludique une expérience artistique.

Si l’exposition en question n’atteint pas le vif du sujet, elle a au moins le mérite d’ouvrir une brèche et, aussi, de réhabiliter les artistes qui travaillent sur ce type de création, souvent considérés comme des techniciens, pas comme des artistes créatifs. Même si on se doute qu’on ne viendra jamais à la FIAC pour tester le nouveau Call of Duty, l’avenir du musée d’Art Ludique et, peut-être, de la considération générale du jeu vidéo  sera amenée à changer grâce à des événements comme celui-là. On aurait tout à y gagner.

 

L'ART DANS LE JEU VIDÉO

25/09/2015 > 06/03/2016

Musée Art Ludique

PARIS

Le musée Art Ludique de Paris consacrera, du 25 septembre 2015 au 6 mars 2016, une exposition consacrée à l'art dans le jeu vidéo. Une p...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE