Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Street art : l’urbanisme miniature d’Evol

Agathe Lautréamont 28 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Né en 1970 à Heilbronn, dans le sud de l’Allemagne, le graffeur Evol laisse dans son sillage d’impressionnantes installations urbaines figurant des bâtiments désaffectés, entre fascination pour l’architecture et critique de la bétonisation galopante de nos villes.

Evol 7

Evol 3

Après des études d’art en Finlande puis dans son pays natal, le street artist Evol, repéré récemment par Mediapart, décide assez vite de se détourner des codes traditionnels de la pratique artistique pour aller sur un terrain de jeu aux possibles bien plus vastes et inspirants : la rue. Doté de pochoirs et de bombes de peinture aérosol, il détourne avec talent des surfaces et volumes que l’on croise communément dans nos paysages citadins, à l’image de simples poubelles, armoires électriques et façades destinées à l’affichage public. Puis, grâce à un savant mélange de collages, de cartons et de maniement précis de la bombe, il réalise en trompe-l’œil des immeubles miniatures.

Une des caractéristiques des œuvres d’Evol est bien son attrait pour le détail, son regard cherchant toujours la minutie, la précision d’un petit élément de décor qui rendra son travail plus vrai que nature : fenêtres, stores, paraboles, graffitis… tout est pensé pour recréer un plausible paysage d’urbanisme déraisonné et déshumanisé comme on peut en croiser dans les banlieues attenantes aux grandes métropoles ou dans des régions industrielles typiques de la Ruhr allemande.

Evol 5

Evol 1

Car Evol ne cache pas sa fascination pour l’urbanisme soviétique et l’architecture allemande grise et uniforme que l’on retrouve en périphérie de la capitale, Berlin. Ces cités dortoirs, bâties à la va-vite dans le but de loger rapidement des flux de travailleurs arrivés après la Seconde Guerre Mondiale, paraissent aujourd’hui le parangon des villes aliénantes où l’individu se retrouve engoncé dans la pierre nue et l’asphalte.

Le créateur allemand commence à se faire remarquer de la scène internationale au début des années 2000 ; et en 2010, Evol est couronné du Prix Arte/Slick, qui récompense la créativité et le talent d’un artiste contemporain émergent. Son style et son appétence pour les surfaces détériorées, salies par la pollution, confèrent à l’artiste une marque de fabrique unique dans le monde du street art.

Et pour les visiteurs de passage au Palais de Tokyo à Paris, des œuvres de cette grande figure du street-art sont visibles dans ce musée dédié à la création contemporaine !

Toutes images © Evol.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE