Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Des œuvres vandalisées au stylo à la villa-musée Fragonard de Grasse

Agathe Lautréamont 27 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Une enquête a été ouverte en fin de semaine dernière pour découvrir qui en veut aux œuvres exposées dans ce musée des Alpes-Maritimes, consacré à Jean-Honoré Fragonard.

grasse

Les dégradations constatées à la villa-musée © DR

D’abord, il y a eu ces dégradations constatées sur quatre toiles dans le musée, le 25 septembre dernier. Contactée par Le Parisien, l’institution culturelle explique que des reproductions datant du XIXe siècle ont été gribouillées avec un stylo. La villa-musée Fragonard choisit d’abord de ne pas porter plainte, les dégradations pouvant être rattrapées et estimant que cet acte de vandalisme est l’œuvre d’un déséquilibré isolé.

Cependant, la donne change lorsque lundi dernier, de nouvelles détériorations sont constatées, cette fois, sur des œuvres originales dont une toile signée de la main du maître du rococo : Jean-Honoré Fragonard. Les autres peintures sont de François-André Vincent et François Gérard, tous deux des artistes français du XVIIIe siècle. En tout, cinq tableaux ont ainsi été abîmés.

Jean-Honoré Fragonard, autoportrait, 1769

Jean-Honoré Fragonard, Autoportrait, 1769, Paris, musée du Louvre.

C’en est trop pour le musée, qui a finalement décidé d’en référer aux autorités. En plus des moustaches et des graffitis découverts sur les précieuses peintures, des trous ont également été percés dans les toiles, à l’aide de la pointe du stylo qui a servi à commettre les méfaits. Les ravages ont été signalés à l’institution par des visiteurs.

La villa-musée Fragonard fulmine à juste titre, la réparation des dégâts pouvant se chiffrer, selon les premières estimations, à plusieurs centaines de milliers d’euros. Alertés par la direction du musée, des fonctionnaires de la police scientifique vont procéder à des prélèvements afin de tenter de mettre la main sur l’auteur des détériorations. Malheureusement, l’enquête s’annonce d’ores et déjà très difficile, l’institution culturelle ne possédant pas de système de caméras de surveillance…

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE