Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Le MAC/VAL souffle ses dix bougies !

Agathe Lautréamont 26 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Centrant ses collections sur la scène artistique française, le MAC/VAL s’est vite établi comme un espace imaginatif au service de la promotion de l’art contemporain auprès du grand public. Innovante et accessible, l’institution fête en 2015 ses dix ans. L’occasion pour elle d’organiser un grand parcours intitulé L’effet Vertigo. Visite…

mini mac 1
Vue de l’exposition L’effet Vertigo au MAC/VAL.

Installer un musée d’art contemporain en périphérie de la capitale était un pari osé, et pourtant le MAC/VAL, aujourd’hui fort de ses dix ans d’ancienneté, peut s’affirmer comme un lieu incontournable de la jeune création, désormais solidement ancré dans le paysage culturel français. Pour célébrer cette décennie, l’institution a décidé d’organiser une exposition-événement, qui explore la thématique du temps qui passe, choix évidemment judicieux, mais aussi le rapport des artistes à l’Histoire et à la mémoire des événements qui ont endeuillé tout le XXe siècle.

Comment l’Humanité moderne compose-t-elle son rapport aux événements qui nous ont précédés, et qui peuvent paraître bien loin aux jeunes générations ? L’artiste, par son regard d’une grande acuité et sa sensibilité créatrice, peut-il avoir un rôle à jouer dans cette nécessité du souvenir ?

mini mac 4

Vue de l’exposition L’effet Vertigo au MAC/VAL.

La question a été posée à plusieurs dizaines d’artistes, qui ont tous  accepté de bon cœur de prêter une œuvre, ou de la créer spécialement à cette occasion, afin de tenter de percer le mystère de la mémoire humaine. Les fragments de bibliothèque de Pascal Convert, la mer immense au ressac éternel d’Agnès Varda, les pots-pourris de Philippe Mayaux rappelant un cabinet de curiosité ancien et moderne à la fois…

Une pluralité de créations inspirantes mêlant dessin, sculpture, photographie et installations présentent toutes à leur manière, drôle ou dramatique, profonde ou légère, une métaphore du souvenir. Ce n’est pas par hasard que le MAC/VAL a intelligemment baptisé son accrochage d’anniversaire L’effet Vertigo. Le procédé filmique inventé par le réalisateur Alfred Hitchcock pour le tournage de Vertigo (traduit Sueurs froides en français), provoquait une sensation de vertige grâce à un travelling arrière couplé à un zoom de la caméra.

mini mac 3

Vue de l’exposition L’effet Vertigo au MAC/VAL.

Or, le phénomène est identique en matière de devoir de mémoire : les artistes exposés ont été invités à prendre du recul par rapport à l’historicité, tout en se focalisant sur une date, un fait particulier qui les touche profondément. Cette mise en perspective offre ainsi aux visiteurs une collection d’œuvres saisissantes, à l’instar des sculptures de Daniel Pommereulle annonçant en grandes pompes la mort de nos rêves et désirs, ou l’installation en bois de Stéphane Thidet, figurant une barque engloutie, qui ne pourra plus jamais être remise à flot, emportée par le poids des eaux et le flux inexorable du temps qui passe.

Le regard de Malachi Farrell se fait plus cruel et désenchanté, et interroge la peine de mort pratiquée par une majorité d’Etats américains au milieu du XXe siècle. Mais si dans ce fascinant et long parcours, dramatisation du sujet il y a, ce sera fait de manière toujours pertinente, et qui ne saurait nous laisser totalement indifférents.

mini mac 2

Vue de l’exposition L’effet Vertigo au MAC/VAL.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE