Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_une_favori
expo_cercle_1 CY TWOMBLY

30/11/2016 > 24/04/2017

Centre Pompidou

- PARIS

expo_cercle_2 SOULÈVEMENTS

18/10/2016 > 15/01/2017

Jeu de Paume - PARIS
expo_cercle_5 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS

LA NEWSLETTER

Remue-ménage du côté des galeries parisiennes

Agathe Lautréamont 22 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Si la FIAC est l’occasion idéale pour les galeries françaises de mettre en avant les artistes à qui elles ont accordé leur confiance, leur actualité concerne aussi leurs récents déménagements dans Paris, en quête d’espaces plus propices à la promotion de la création contemporaine.

galerie chantal crouselVue de l’exposition de David Douard, à la galerie Chantal Crousel, Paris.

 

Au cours de l’année 2015, de nombreuses galeries parisiennes ont déménagé. Ouverture d’un second espace, changement de locaux… pourquoi ces hauts lieux de la création artistique actuelle tentent le pari d’une fermeture temporaire pour opérer une renaissance qu’ils espèrent toujours porteuse d’un nouvel élan ?

En effet, dans ce vaste commerce qu’est celui de l’art contemporain, la France ne pèse que de bien maigres 2 % du marché mondial en matière d’enchères artistiques.

Une forte concurrence

Mais il est évident de souligner également la rude concurrence qui existe entre les nombreuses galeries qui jalonnent les rues de Paris, et qui les pousse à vouloir se renouveler sans cesse. C’est le cas par exemple de l’influente galerie Thaddaeus Ropac (qui osa même franchir la barrière du périphérique !), mais aussi des galeries Nathalie Obadia ou Karsten Greve. Des espaces plus imposants, plus beaux leurs permettent en effet d’assoir leur rayonnement dans un milieu fortement concurrentiel, où la visibilité est reine en matière de commerce.

Si des noms importants comme Emmanuel Perrotin n’hésitent pas à s’exporter outre-Atlantique, certains opèrent le cheminement inverse, à l’image de l’active Pace Gallery (déjà présente à New York), qui a choisi d’ouvrir à partir de novembre 2015 un bureau parisien dans le 8e arrondissement.

pace gallery londres

Pace Gallery de Londres.

L’idée est évidente pour les galeristes : multiplier leurs espaces un peu partout dans le monde afin de se rapprocher de leurs collectionneurs présents dans tous les pays (qui ne souhaitent pas nécessairement se déplacer pour réaliser leurs achats, sauf dans le cas d’événements majeurs comme la FIAC), tout en étendant leurs vastes réseaux de relations.

D’autres galeristes viennent de mois loin et n’ont donc pas besoin de traverser les océans. C’est le cas de Thomas Bernard qui, après avoir fermé son espace initial Cortex Athletico situé à Bordeaux, puis s’être installé près du Centre Pompidou, a investi de nouveaux murs dans l’Est du Marais.

Quelques habitudes

galerie nathalie obadia

Galerie Nathalie Obadia, Paris.

Mais si déménagements il y a, la majorité des galeries qui ouvrent ou rouvrent hésitent à opter pour de la nouveauté, et demeurent indéfectiblement liées au 3e arrondissement de la capitale, comme la galerie Art Concept, donc le nouvel espace a été inauguré en septembre dernier. Ce quartier qui a, par exemple, accueilli en 2015  la flambant neuve Galerie Rabouan Moussion, n’est pas élu par hasard, puisqu’il englobe le chic et vivace quartier du Marais et que de nombreux musées le ponctuent, des Arts et Métiers à Carnavalet en passant par l’influent Centre Pompidou.

Les galeries Christophe Gaillard et Eva Meyer, aux nouveaux espaces récemment ouverts, ne s’y sont pas trompées et ont choisi les ruelles branchées et vivantes de ce coin de Paris. D’autres, à la manière de Kamel Mennour, établi rive gauche, se déplacent du côté de l’avenue Matignon, visant ainsi délibérément une clientèle aisée, voire fortunée ; mais aussi côtoyant de la sorte des grands noms des enchères comme Christie’s et Sotheby’s.

Des anniversaires

galerie emmanuel perrotin

Galerie Emmanuel Perrotin, Paris.

Mais dans Paris, on compte aussi quelques indéboulonnables, des galeries souvent considérées comme « historiques » dans le paysage de l’art contemporain, qui fêtent leurs anniversaires en 2015. C’est le cas par exemple de la galerie Jeanne Bucher-Jaeger, qui fête ses 90 ans, et organise à cette occasion une exposition intitulée Quinte-essence. On sort également le gâteau et les bougies chez Chantal Crousel, une galerie qui a au cours de son existence, exposé de grands acteurs de la création contemporaine comme Sophie Calle, Mona Hatoum ou Richard Prince.

Chez Laurent Godin, Marian Goodman ou Continua, des anniversaires sont également célébrés (de dix à vingt-cinq ans d’ancienneté), preuve que d’influents lieux parviennent à parfaitement s’imposer dans la sphère de l’art contemporain, et ce durablement.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE