Votre action a été enregistrée avec succès !


expo_cercle_2 RENÉ MAGRITTE

21/09/2016 > 23/01/2017

Centre Pompidou - PARIS
expo_cercle_4 PICASSO – GIACOMETTI

04/10/2016 > 05/02/2017

Musée Picasso - PARIS

LA NEWSLETTER

« Tigres de papier », la « feel good expo » du musée Guimet

Jéremy Billault 15 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Jusqu’ au 22 février, le musée Guimet présente sa collection de peintures coréennes et quelques éléments d’art décoratif datant de la vaste période de la dynastie Choson. Tigres de papier réunit une collection impressionnante et pleine de surprises, productions d’un art coréen dont la richesse n’a d’égal que la subtilité. 

 

« Dans la peinture coréenne, il y a du fantastique, du merveilleux, jamais d’horreur ou de glauque ».  Ces quelques mots de Pierre Cambon déterminent avec précision l’atmosphère de l’exposition dont il est le commissaire. Rafraîchissantes, oniriques et enjouées, les 130 œuvres coréennes de la collection du musée Guimet sont présentées dans le cadre de l’année France-Corée sous le titre de Tigres de papier, cinq siècles de peinture coréenneAu fil des peintures, paravents et autres pièces de mobilier, se déploient les cinq siècles de la dynastie Choson (1392-1910, tout de même) et un art décoratif extrêmement riche, entremêlé de bouddhisme et de chamanisme, de paysages et d’animaux.

Le monde comme un jardin

Tout au long du parcours de l’exposition, de l’âge d’or du XVe siècle jusqu’à la fin de la dynsastie au début du XXe, une thématique impressionne et attendrit. Le tigre de l’affiche n’était pas là pour faire de la figuration : il y a des animaux partout. Mais rien de redondant. Ici, ce seront des insectes d’une précision époustouflante, là un dragon, un tigre, un phénix, issus d’un bestiaire imaginaire aux connotations religieuses. Plus loin, un débat houleux entre chien et chat et, surtout, une peinture du XVIIIe siècle qui saura trouver son public : un chat et papillon d’une poésie exquise qui fait remonter de quelques siècles les origines d’un kawaii extirpé du Japon.

D’abord inspirée de la peinture chinoise pour la représentation de paysages, la peinture coréenne se recentre sur son propre environnement. À la fois représentatifs de la Corée et gorgés de symboles issus de l’imaginaire chamaniste ou bouddhique, les Montagnes de Diamant sont un exemple particulièrement chatoyant d’un art florissant.

Malgré la longueur de la période qu’elle recouvre, l’exposition Tigres de Papier est une « feel good expo » qui impressionne par sa cohérence et son atmosphère. L’accrochage reflète à merveille l’état d’esprit des œuvres colorées et sérieuses, mouvementées et apaisantes, simples et rigoureuses, nourries d’anecdotes historiques plutôt intéressantes. Bonne surprise en perspective.

Photos © musée national des arts asiatiques-Guimet, Paris.

 

TIGRES DE PAPIER, CINQ SIÈCLES DE PEINTURE EN CORÉE

14/10/2015 > 22/02/2016

Musée Guimet

PARIS

Cet automne, le MNAAG met la Corée à l’honneur dans le cadre des années croisées célébrant, en 2015, le 130e anniversaire de l’ét...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE