Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Spécial COP21 : des artistes font germer les arbres de Joseph Beuys

Agathe Lautréamont 15 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Le couple d’artistes britanniques qui explorent la photographie, la sculpture et l’architecture présentent leur sensibilité aux questions d’écologie dans l’exposition Beuys’ Acorns : trees on tour.

Trees on tour

De Bordeaux à Mulhouse en passant par Paris, les deux artistes anglais ont fait de la nature et de l’écologie le point d’orgue de leurs pratiques artistiques. Observer le phénomène de germination et le processus de croissance des plantes est une façon originale pour eux de questionner l’idée du passage irréversible du temps, et de tenter de le  fixer dans un travail artistique original et conceptuel.

À l’occasion de la tenue prochaine de la conférence sur le climat COP21, du 30 novembre au 11 décembre à Paris, mais plus généralement dans le contexte de la prédominance des questions environnementales dans les débats politiques actuels, le duo poursuit une œuvre débutée en 2007, lorsqu’ils récoltèrent des glands provenant de 7000 chênes plantés par l’artiste allemand Joseph Beuys. Ils firent ensuite germer ces glands, qui donnèrent naissance à 250 jeunes arbres.

À partir du mois d’octobre 2015, Ackroyd et Harvey partent en tournée dans toute la France afin de présenter leur exposition itinérante Beuys’ Acorns : trees on tour, avec l’objectif de sensibiliser et éveiller les consciences.

Beuy's acorns exposés au Futuresonic CUBE de Manchester en 2009

Les petits chênes exposés au CUBE de Manchester en 2009 © Ackroyd & Harvey.

Soutenus par le N.A ! Fund qui lutte aussi en faveur du développement durable, les deux artistes espèrent mobiliser des acteurs locaux (scientifiques, politiques, artistes…) afin d’évoquer la brûlante question du changement climatique, en parallèle de l’organisation de la COP21. Pour les créateurs britanniques, planter des arbres est un acte de résistance à l’urbanisation frénétique des villes modernes, mais aussi un signe d’espoir pour des jours meilleurs.

Leur parcours se terminera par la plantation de deux chênes dans le Parc zoologique et botanique de Mulhouse et dans le Jardin des Plantes du Muséum National d’histoire naturelle de Paris, faisant ainsi écho à la déclaration de Joseph Beuys selon laquelle les villes devaient être « comme des forêts ».

En lien avec la COP21, voir notre série d’articles « art et environnement » :

Le Garden Bridge de Londres, jardin suspendu en eaux troubles
En Suisse, la première tour intégralement recouverte de plantes
Sterling Ruby expose ses poêles à bois au musée de la Chasse
.
 Exit, une installation intense et réaliste qui éveille les consciences
L’artiste Olafur Eliasson installe 80 tonnes de glace à Paris pour la COP21
Shepard Fairey sur la Tour Eiffel : le choc des symboles
Climats artificiels à la Fondation EDF, l’art pour parler changement climatique
Alberto Kalach, l’architecte qui veut rendre à Mexico ses lacs d’antan

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE