Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Un portrait de la première dame de Chine au centre d’une exposition

Agathe Lautréamont 12 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

Dans l’exposition La Température de l’Histoire organisée au sein de l’Académie centrale des beaux-arts de Chine, un austère petit tableau attire toutes les attentions…

Didi Kirsten Tatlow © The New York Times

 Peng Liyuan peinte par Jin Shangyi © Didi Kirsten Tatlow / The New York Times

Même si le cartel indique simplement Portrait d’une chanteuse célèbre, les visiteurs ne s’y trompent pas, et savent bien qui est représentée dans une sobre robe noire : Peng Liyuan. Peinte à l’époque où elle n’était qu’étudiante en école de musique, la jeune femme est aujourd’hui l’épouse du président chinois Xi Jinping. Et si jamais ils l’ignorent, d’autres visiteurs ou employés du musée se chargeront de leur rafraîchir la mémoire.

La majorité des curieux s’extasient devant la beauté du modèle, mais quelques murmures s’élèvent, se demandant pourquoi une toile de taille et de réalisation si modestes occupe une telle place de choix dans l’accrochage, sur un axe central et immanquable de l’Académie.

Un tableau célébré par la presse

Mais ces questionnements ne dépasseront pas le stade des chuchotements. Les autorités chinoises ne sauraient tolérer une quelconque forme de remise en question de la célébration du pouvoir en place, y compris dans un événement culturel célébrant l’art figuratif post-1949, lorsque la République Populaire de Chine fut proclamée. Les journaux officiels préfèrent relayer avec engouement l’histoire derrière ce portrait. Le peintre, Jin Shangyi, aurait rencontré Peng Liyuan encore étudiante, bien avant qu’elle ne se marie à l’actuel dirigeant chinois. La trouvant très belle, il réalisa son portrait en lui offrant un salaire d’un yuan (environ 14 centimes d’euro) par heure de pose.

Plusieurs décennies plus tard, l’étudiante anonyme est devenue Première dame, et le tableau de Jin Shangyi a bien évidemment glané le titre d’œuvre la plus emblématique de son art, si l’on en croit le commissaire de l’exposition. La presse de son côté, n’hésite pas à présenter la toile comme la plus grande réussite de l’artiste.

 

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE