Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Des fresques esclavagistes retirées d’un palais de justice américain ?

Agathe Lautréamont 9 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

On sait à quel point le sujet du passé esclavagiste est sensible aux États-Unis. En témoigne cette polémique au sujet de fresques murales en Alabama.

Fresque murale © Frank Couch

Fresque murale par John W. Norton, Palais de Justice du Comté de Jefferson, Birmingham © Frank Couch.

Retirera, retirera pas ? Dans l’État d’Alabama, le Palais de Justice du Comté de Jefferson, à Birmingham, se retrouve au cœur d’une controverse. En son sein se trouvent des fresques murales réalisées par le peintre John Warner Norton, intitulées The Old South. Jusqu’ici, tout va bien. Sauf que les peintures en question, réalisées en 1931, sont ouvertement racistes et esclavagistes (on n’est pas loin du parodique « hall des Pionniers » de la série Parks and Recreation). La NAACP (Association Nationale pour la défense des personnes de couleur), une influente association américaine, a réclamé leur retrait ; tandis que d’autres jugent qu’il serait préférable d’y apposer des encarts explicatifs, commentant le contexte historique de la réalisation de ces peintures, qui décrivent la naissance puis l’hégémonie de l’industrie moderne.

De son côté, le Palais de Justice a déclaré organiser un comité qui tranchera la question. Insuffisant pour la NAACP, qui estime ne pas comprendre que l’on puisse défendre des peintures « inhumaines, bigotes et prônant la division » selon les mots de Hezekiah Jackson, le porte-parole de l’association. Anne Garland Mahler, enseignante à l’Université d’Arizona et auteur de plusieurs ouvrages sur la ségrégation raciale, abonde dans ce sens. Pour elle, les peintures « livrent une vision romantique de la hiérarchisation du travail, où les noirs sont systématiquement au bas de l’échelle ».

Fresque © Frank Couch

Fresque murale par John W. Norton, Palais de Justice du Comté de Jefferson, Birmingham © Frank Couch.

Autre son de cloche chez Linda Nelson, membre du comité organisé par le Palais de Justice du Comté de Jefferson. Pour cette dernière, les fresques doivent être conservées, arguant que John Warner Norton est un peintre renommé aux USA, et que les peintures du Palais de Justice furent la dernière œuvre de sa vie. De plus, cette polémique pose la question du poids de la représentation historique dans l’art. Doit-on systématiquement effacer les œuvres considérées comme polémiques à l’aune de nos valeurs actuelles, en faisant fi du contexte culturel, économique et social ?

Effacer les fresques représenterait un coût de 100 000 dollars, selon le comité. Celui-ci a quatre mois pour rendre sa décision finale.

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE