Votre action a été enregistrée avec succès !



LA NEWSLETTER

Shiras, père de la photographie animalière (et du flash)

Agathe Lautréamont 7 octobre 2015

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+

À l’occasion d’une rétrospective organisée par le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, coup de projecteur sur une figure de proue de la photographie de nature : George Shiras.

© National Geographic Creative Archives.

Pour la petite anecdote, lorsque la revue américaine National Geographic publia ses toutes premières photographies animalières, en juillet 1906, deux membres influents de son conseil d’administration décidèrent de claquer la porte, de dégoût, arguant que ce magazine honorable et réputé devenait un simple « livre d’images ». Fort heureusement, pourrait-on souffler aujourd’hui. Et ces fameuses photographies qui provoquèrent l’ire des gardiens du temple de la revue, elles furent prises par l’Américain George Shiras III, homme politique le jour et photographe la nuit. Pionnier, Shiras produisit les premiers exemples de clichés pris au flash.

Les méthodes étaient plus que spartiates, mais n’est-ce pas en forgeant qu’on devient forgeron ? Une de ses techniques consistait à se laisser porter dans une barque, en silence, sur un lac ou un fleuve en bordure de forêt. Lorsqu’il entendait du bruit non loin de lui, il tournait simplement son flash en direction de ce dernier, espérant capturer l’animal à l’origine de ce crissement de branche ou de ses bruits de sabots légers.

© National Geographic Creative Archives.

Ancien chasseur, Shiras fit preuve d’ingéniosité pour améliorer ses techniques de prises de vue. Il détourna ainsi nombre de pièges utilisés traditionnellement lors de parties de chasse pour les transformer en « pièges à images ». Il accrochait par exemple des appâts reliés à un fil. Lorsque l’animal gourmand tirait sur le leurre, il déclenchait la prise de photo et se faisait tirer le portrait. La maestria et la patience de cet avocat devenu naturaliste par passion des bêtes payèrent, et il prit les toutes premières images animalières nocturnes.

Sentant que son travail méritait le coup d’œil, George Shiras apporta une sélection de ses clichés au magazine National Geographic en 1905. Subjugué, le rédacteur en chef de l’époque en acheta 74 qu’il publia dans l’édition du mois de juillet dans un article intitulé Partie de chasse avec un appareil photo et un flash. Cet homme politique amoureux de nature pouvait-il imaginer qu’il venait d’instiguer un changement majeur dans la ligne éditoriale de la fameuse revue, et que la photographie animalière allait devenir un pilier de la publication ?

shiras 2

© National Geographic Creative Archives.

GEORGE SHIRAS

15/09/2015 > 14/02/2016

Musée de la chasse et de la nature

PARIS

Chasseur dans ses jeunes années, puis avocat, homme politique, naturaliste et photographe, George Shiras abandonne dès les années 1880...

Exposition terminée
PRESSE
MEMBRES

LES DERNIERS ARTICLES

AJOUTER UN COMMENTAIRE